Une méga-step pour traiter les eaux du Chablais

Vaud-ValaisL’entreprise CIMO pourrait épurer les eaux de 13 communes. L’enjeu? Les raccorder au site montheysan.

L'entreprise Cimo, à Monthey (VS), pourrait développer une méga-STEP à même de traiter toutes les eaux du Chablais.

L'entreprise Cimo, à Monthey (VS), pourrait développer une méga-STEP à même de traiter toutes les eaux du Chablais. Image: Isabelle Favre

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le jeu des subventions cantonales pousse les Communes à centraliser au maximum leurs stations d’épuration. Bex projette d’agrandir la sienne pour être en mesure de traiter également les eaux de Gryon, Lavey-Morcles, Saint-Maurice (VS) et Vérossaz (VS). Un regroupement est aussi à l’étude entre Aigle, Ollon, Leysin et Yvorne.

Mais toutes ces Communes pourraient passer directement à l’échelon supérieur: une méga-step intercantonale est désormais à l’étude. L’idée émane de l’entreprise CIMO (Compagnie industrielle de Monthey), qui traite les eaux de toutes les entreprises présentes sur le site chimique, ainsi que celles de la Ville de Monthey. Soit un volume équivalent à l’utilisation de 370 000 habitants (350 000 pour le site chimique et le solde pour la population locale).

«Travailler avec cette entreprise nous donnerait la garantie d’un grand professionnalisme»

«Nous avons mené de gros investissements sur notre STEP il y a quelques années et nous nous projetons aujourd’hui sur les besoins à l’horizon 2030-2035», explique Mauricio Ranzi, directeur général de CIMO, à Monthey. L’entreprise a, dans un premier temps, approché les trois communes du val d’Illiez, Champéry, Morgins et Val-d’Illiez. D’autres Communes sont ensuite venues se greffer au projet. «CIMO possède les infrastructures et le savoir-faire», relève Emmanuel Capancioni, municipal des eaux à Bex. «Travailler avec cette entreprise nous donnerait la garantie d’un grand professionnalisme», renchérit son homologue gryonnais Michel Ravy, qui a récemment informé son Conseil communal de ce projet.

D’autant que CIMO s’apprête à développer une technologie novatrice. Mauricio Ranzi confirme: «Le traitement de micropolluants est l’un des grands enjeux du futur. La mise en place d’une telle infrastructure ne peut se faire qu’à partir d’un certain volume critique – au moins 25 000 habitants. Un volume que des petites steps régionales ne peuvent pas atteindre.»

Une taxe de 9 francs par habitant est aujourd’hui prélevée par la Confédération dans le but d’alimenter un fonds destiné à soutenir les projets prenant en compte le traitement des micropolluants. «En nous raccordant à Monthey, cette taxe n’aurait plus à être perçue auprès des habitants de Gryon», souligne Michel Ravy.

Subventionné à 95%?

Mieux: une infrastructure de cette dimension et de ce niveau technique pourrait espérer obtenir un subventionnement public pouvant atteindre 90 à 95% estime le directeur de CIMO, qui évoque un investissement total, entre le site chimique et les communes, de plusieurs dizaines de millions de francs.

Mauricio Ranzi insiste: «Nous en sommes au stade de l’avant-projet. Les Communes doivent nous fournir un certain nombre de données pour que nous puissions travailler sur la faisabilité de cette infrastructure. Si Ollon ou Champéry s’y rattache, il faudra tenir compte des pics saisonniers dus à la venue des touristes dans les stations. Une chose est sûre: le grand défi sera celui du raccordement, car les distances sont importantes.» (24 heures)

Créé: 09.07.2018, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...