«Isenau et le Meilleret ne sont pas concurrents»

Les DiableretsDans la station, les JOJ de 2020 riment avec espoir et inquiétude. Leur présentation à la population mardi a suscité de vives réactions.

Pour accueillir les compétitions de ski alpin des JOJ, le télésiège Vioz-Mazot doit être remplacé et la piste de la Jorasse adaptée.

Pour accueillir les compétitions de ski alpin des JOJ, le télésiège Vioz-Mazot doit être remplacé et la piste de la Jorasse adaptée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je suis favorable à l’organisation de ces Jeux, qui seront bénéfiques pour la station. Mais il ne faudrait pas qu’ils deviennent l’instrument qui va tuer Isenau.» Ponctuée d’une salve d’applaudissements, l’intervention d’une habitante des Diablerets, mardi lors de la présentation publique des Jeux olympiques de la jeunesse 2020 (JOJ), en dit long sur le climat de défiance qui règne au cœur de la station.

D’un côté de la vallée, la télécabine d’Isenau joue sa survie, alors que la concession accordée par l’Office fédéral des transports vit ses dernières semaines. De l’autre, le domaine du Meilleret doit impérativement être adapté avant la tenue des compétitions de ski alpin des JOJ. Au centre, une frange de la population qui craint que la refonte du second n’entraîne la mort du premier (24 heures du 16 mars).

Face aux habitants réunis à la Maison des congrès, le syndic, Philippe Grobéty, et les organisateurs des Jeux, par la voix de leur directeur général Ian Logan, ont rappelé que les deux chantiers ne sauraient être directement liés. «Vu l’état des finances communales, la solution raisonnable serait de renoncer aux deux, observe le syndic. Mais la Municipalité se démène sur ces deux fronts car ces projets nous semblent aussi importants l’un que l’autre.»

Reste que les JOJ semblent créer une concurrence entre les deux domaines skiables. «Cette vision des choses est malsaine et n’a pas lieu d’être, insiste Ian Logan. Ces Jeux sont une magnifique opportunité de placer le canton, et notamment les Alpes vaudoises, sous les projecteurs. De montrer qu’ici nous avons tout en matière d’offre sportive, touristique, de paysage, de technologie! Ce n’est pas un match entre le Meilleret et Isenau.»

«Pas de plan B»

Philippe Grobéty et Pierre Besson, directeur de Télé Villars-Gryon-Diablerets, sont unanimes: la situation est due à un concours de circonstances. «Dans un monde idéal, la télécabine d’Isenau aurait été remplacée cet été. La construction de celle du Meilleret (ndlr: qui doit remplacer le télésiège actuel) aurait suivi en 2021. Mais personne ne pouvait prédire qu’en 2008 l’Etat imposerait un moratoire sur la construction de remontées mécaniques. Que le dossier d’Isenau se compliquerait à ce point. Que Lausanne se porterait candidate aux JOJ avec pour effet de devoir accélérer le renouvellement du Meilleret. Que plusieurs hivers difficiles se succéderaient, réduisant la marge de manœuvre de TVGD.»

Ian Logan l’a rappelé mardi: le comité JOJ table largement sur l’engouement des régions hôtes de compétitions – Lausanne, Morges, la vallée de Joux, les Tuffes (Fr), Saint-Moritz et les Alpes vaudoises. La défiance affichée par une partie des Ormonans pourrait-elle le pousser à aller voir ailleurs? «Que les choses soient claires: il n’y a pas de plan B. Mon job est de permettre la tenue des courses de ski alpin au Meilleret. S’il devait y avoir une alerte, nous aviserons. Mais nous en sommes loin. Le projet suit son cours, le calendrier est tenu.» (24 heures)

Créé: 12.04.2017, 19h38

Délai serré mais tenable

L’heure tourne pour les Jeux olympiques de la jeunesse. Dans moins de 33 mois, les Alpes vaudoises serviront d’écrin aux compétitions de ski, du 10 au 19 janvier 2020. Mardi, plusieurs habitants ont souligné le délai serré pour réaménager le domaine du Meilleret, avec la création d’une nouvelle télécabine et la modification de la piste de la Jorasse en vue de son homologation pour la Fédération internationale de ski. L’exemple du domaine d’Isenau, enlisé depuis plusieurs années, n’invite guère à l’optimisme.

«La problématique est tout de même différente au Meilleret, objecte Pierre Besson, directeur de TéléVillars-Gryon-Diablerets. A Isenau, il a fallu mettre d’accord une centaine de propriétaires. Au Meilleret, moins «urbanisé», ils sont une dizaine. Il faut aussi se souvenir que c’est l’Etat qui a voulu ces Jeux et qu’on peut être sûr qu’il fera en sorte que le dossier reste au-dessus de la pile. Le délai est serré mais, pour l’heure, nous sommes dans les temps.»

Sept dossiers relatifs à ce projet devront être mis à l’enquête en août. «On y verra plus clair le 15 septembre, à l’issue de cette consultation», estime avec prudence Pierre Besson.

Articles en relation

Aux Diablerets, la télécabine d’Isenau reste au point mort

Procédure Les obstacles se multiplient sur la route vers une prolongation de concession. Plus...

Charmey et Les Diablerets, deux stations familiales au pied du mur

Tourisme Encore un hiver morose pour la station fribourgeoise, plus que jamais décidée à miser sur l’été. Pendant ce temps, dans les Alpes vaudoises, le dilemme est cruel entre Isenau et le Meilleret. Plus...

Sous les pylônes d’Isenau, le bras de fer se poursuit

Les Diablerets Lésé par la révision de la LAT, un propriétaire s’oppose toujours au survol de ses terres par la future télécabine. Un sursis de trois mois suffira-t-il à trouver un arrangement? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...