Des montagnes de détritus refont surface en altitude

EnvironnementLe Club alpin suisse a purgé les abords de la Cabane de Trient des déchets abandonnés dans les années 1960.

Deux campagnes auront été nécessaires pour évacuer les 20 tonnes de déchets dispersés entre 1950 et 1970.

Deux campagnes auront été nécessaires pour évacuer les 20 tonnes de déchets dispersés entre 1950 et 1970. Image: CAS Diablerets

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour la pureté des Alpes suisses, on repassera. Dimanche et lundi, la section des Diablerets du Club alpin suisse (CAS) a remonté ses manches pour nettoyer les abords de sa Cabane de Trient, juchée à 3180 m entre Martigny et Chamonix. Le bilan exact de la collecte ne sera connu que la semaine prochaine, lorsqu’elle aura pu être évacuée par un hélicoptère de l’armée. Mais après les onze tonnes ramassées l’an dernier à cet endroit, ce sont près de 20 tonnes de détritus qui auront été évacués de ce petit coin de paradis.

Consternants, les chiffres articulés par Marcel Isler, secrétaire général de la section ormonanche du CAS, donnent une idée de l’ampleur d’un phénomène qui a touché l’entier de la Suisse au mitan du siècle dernier: «Les déchets que nous avons récoltés ont été abandonnés entre les années 1950 et 1970, précise Marcel Isler. On ne retrouve quasi pas de détritus plus récents.» Le témoignage d’un changement de mentalité? «C’est surtout lié à l’arrivée des hélicoptères. À partir de là, on a commencé à évacuer les déchets à la fin de chaque saison. Avant cela, on ne redescendait rien; on abandonnait tout sur place en faisant confiance à la nature pour les dégrader.» Il faut dire que la cabane valaisanne est particulièrement isolée: une marche de quatre heures est nécessaire pour y arriver.

Trente cabanes concernées

Elle ne constitue pas pour autant une exception: «Le Club alpin suisse central se préoccupe aussi de cette problématique à l’échelle du pays, relève Marcel Isler. Il a réalisé un état des lieux de ses cabanes: 20% d’entre elles sont concernées par des décharges sauvages.» Bouteilles, boîtes de conserve, canettes de bière, tubes en alu ou matériaux de construction constituent l’essentiel du «butin» des éboueurs volontaires. Ces décharges avaient été dissimulées sous des rochers. «Mais, au fil des années, ils ont bougé et les détritus sont progressivement réapparus. Au point que le gardien de la cabane s’est inquiété du problème.»

L’an dernier, les bénévoles ont été surpris par l’ampleur des dégâts. Si bien qu’une deuxième campagne a dû être organisée. «Cette fois, nous avons réalisé un nettoyage fin. Nous avons passé au tamis la terre pour retirer les plus petits déchets.» Marcel Isler estime qu’il faudra une dizaine d’allers-retours à l’appareil des Forces aériennes suisses pour évacuer cette montagne de déchets. «Mais l’hélicoptère ne montera pas à vide: nous en profiterons pour amener le bois de chauffage.»

L’an prochain, le CAS des Diablerets se penchera au chevet de ses cabanes Orny, à Champex (VS, 2831 m), et du Grand Mountet, à Zinal (VS, 2886 m). «Mais on ne sera pas face à des décharges d’une ampleur aussi considérable qu’à Trient.» Parallèlement, le CAS œuvre auprès des randonneurs pour les inciter – par la distribution de sacs – à emporter leurs déchets avec eux à la descente. (24 heures)

Créé: 29.08.2018, 17h05

Articles en relation

L’Ouest renforce aussi sa lutte contre le littering

Incivilités Après Lausanne, les déchets sauvages sont désormais amendables sur le fait. Plus...

La guerre aux déchets sauvages est déclarée

Payerne La Municipalité lance une «Action Ville propre» afin de lutter contre différents problèmes de propreté en augmentation. Plus...

Moisson de déchets sur les pistes de ski de Villars

Littering Une soixantaine de bénévoles ont ratissé une partie du domaine skiable pour le nettoyer, évacuant 800 l d’ordures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...