Sur les Monts d’Arvel, la tension redescend d’un cran

VilleneuveLa société exploitante des carrières a accepté de réduire son activité par temps sec pour générer moins de poussière.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dossier épidermique s’il en est, l’exploitation des Carrières d’Arvel, à Villeneuve, revient régulièrement à la une. Dernier épisode en date, les nuages de poussière conséquents qui ont irrité ce printemps la population riveraine, au propre comme au figuré. Dus à des tirs de mines et/ou au dévalage des pierres, ils ont été largement amplifiés durant la récente période caniculaire, se répandant sur les communes avoisinantes.

Plaintes de riverains, «débats» sur Facebook, démarches menées par l’association SOS Arvel – qui milite pour la protection des Monts d’Arvel –, intervention et interpellation dans les conseils communaux ont provoqué la tenue de deux rencontres entre les divers protagonistes fin juin. «Les discussions entre communes, Canton, association et entreprise ont été positives. Elles ont permis de trouver des solutions immédiates, pour l’heure limitées dans le temps», dévoile Charly Monnard, membre de SOS Arvel et syndic de Rennaz. De l’avis de tous, la tension générée au printemps est redescendue d’un cran, alors que la poussière est ces jours inexistante.

«Les mesures prises le sont pour un délai de quinze jours. Une estimation sera faite la semaine prochaine avec toutes les parties concernées pour évaluer leur pertinence et les reconduire ou pas», déclare Xavier Pichon, directeur de Carrières d’Arvel SA, qui exploite le site. Quelles sont ces mesures d’urgence? «Au lieu de faire procéder à des tirs de mine quotidiens en période sèche, nous les étalerons sur trois jours par semaine seulement. Cela ramène un peu de sérénité. Mais cette perturbation de la production entraîne une perte d’exploitation», poursuit Xavier Pichon.

Sécurité oblige
Pour rappel, ces petits tirs de mine quotidiens et le dévalage des pierres sont rendus nécessaires par la sécurisation du haut du Châble-du-Midi, dont une partie s’est effondrée le 12 décembre 2008; 30'000 m3 de roche s’étaient alors détachés de la paroi.

«Autre mesure, deux capteurs permettant d’évaluer les quantités de poussière ont été installés sur la commune de Rennaz», indique encore l’entrepreneur. «Ces problèmes de poussière sont ennuyeux, mais ne dépassent pas les ordonnances en vigueur. Par ailleurs, ils sont momentanés. Mais surtout, les travaux doivent se poursuivre jusqu’à l’automne car on ne peut pas prendre le risque d’un autre éboulement», résume Marc And­lauer, chef de la Division géologie, sols et déchets à la Direction générale de l’environnement.

«Nous sommes de notre côté disposés à donner plus de temps à l’entreprise pour mener ces travaux de sécurisation si cela permet de créer moins de nuisances pour les populations environnantes», poursuit le syndic de Rennaz.

Afin de minimiser au maximum la constitution de nuages de poussière et leur dispersion à l’avenir, Carrières d’Arvel SA, qui fournit notamment du ballast pour les CFF, a foré un puits de dévalage. Ce qui permettra aux blocs de pierre de ne plus déguiller le long de la paroi, mais d’être poussés dans cette cheminée de 3,7 m de diamètre. Ils s’accumuleront alors sur les 300 m de hauteur du puits. Les travaux d’aménagement ainsi que ceux du tunnel permettant aux véhicules de venir récupérer le matériau doivent s’achever cet automne. (24 heures)

Créé: 13.07.2017, 21h00

Articles en relation

Arvel fait tousser des Villeneuvois

Carrières Sur Facebook des riverains du site d’Arvel se plaignent de l’effet des poussières continues et importantes. La Municipalité répond. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...