Une mosaïque créée par des élèves et des migrants

La Tour-de-PeilzUne vieille fontaine du collège a été rénovée dans un projet valorisant d’autres compétences que scolaires.

La fontaine désaffectée a été embellie par des élèves de classes de développement et des demandeurs d’asile.

La fontaine désaffectée a été embellie par des élèves de classes de développement et des demandeurs d’asile. Image: GILLES RICHARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il ne s’agit pas de prévoir l’avenir mais de le rendre possible.» Cette phrase, tirée du «Petit Prince» de Saint-Exupéry, orne depuis peu la fontaine du Collège des Mousquetaires. Auparavant désaffectée, elle a été décorée par des élèves de classes de développement de 7 à 11 ans, épaulés par des migrants. Le tout encadré par l’enseignante en arts visuels Anne Philipona et l’association Embellimur, qui propose aux demandeurs d’asile de participer à la création de mosaïques, pour valoriser ces personnes et les insérer dans un collectif.

L’idée est partie d’un concours lancé auprès des élèves, explique le directeur, Marc Ducret: «Nous leur avions demandé d’imaginer leur cour d’école. Les réponses allaient de l’installation d’une cabane à frites ou d’un hamac à des souhaits plus réalisables. Ainsi, ils ont voulu mettre de la couleur.»

Les avantages d’une telle initiative sont multiples, aux yeux du directeur: «Nous devons garantir que les élèves se sentent en sécurité dans leur préau, car c’est là que se nouent souvent les conflits. Un tel projet permet d’apporter de l’apaisement.» D’autre part, un échange bénéfique se noue: «Pendant la réalisation de la mosaïque, les élèves posaient des questions aux migrants qu’ils n’oseraient pas poser à leurs professeurs, cela permet une véritable ouverture au monde!» se réjouit Marc Ducret. Enfin, selon lui, «il est important de cultiver le sentiment d’appartenance des élèves à leur école. Qu’ils s’y sentent bien, même s’ils ont connu des difficultés scolaires. Qu’ils puissent transmettre ensuite un souvenir positif, comme d’avoir laissé une trace dans leur école.»

Créé: 17.07.2019, 17h33

Articles en relation

Trente et un millions à débloquer pour le Collège Courbet, à La Tour-de-Peilz

Investissement La Municipalité demande un crédit aux élus, pour que les travaux débutent cet automne. Plus...

La Tour-de-Peilz dévoile son collège «couteau suisse»

Urbanisme L’établissement devrait contenir 18 classes et une salle de gym triple, ainsi que d’autres locaux à l’usage de tous les citoyens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.