Passer au contenu principal

La mosquée de Vevey déménagera bien rue du Verger 10

Le local proposé par la Commune pour permettre la rénovation du lieu de culte habituel de l’avenue du Clos contrevient aux normes ECA. Mais une solution a été trouvée.

Grégory Stergiou se réjouit d'entrevoir le déménagement provisoire de la mosquée de Vevey à Verger 10, derrière la gare.
Grégory Stergiou se réjouit d'entrevoir le déménagement provisoire de la mosquée de Vevey à Verger 10, derrière la gare.
Edouard Curchod

C’était d’abord oui, ensuite peut-être, et au final quand même oui. La mosquée de Vevey déménagera bien derrière la gare, dans l’immeuble de la rue du Verger 10, propriété de la Ville. «Les expertises de ces derniers mois avaient fait apparaître un problème au niveau de l’évacuation en cas d’incendie, mais le problème a pu être réglé», explique Étienne Rivier, municipal en charge des gérances. Selon ce dernier, la signature du bail est imminente.

Le déménagement sera provisoire et devrait durer un peu plus d’une année, soit le temps nécessaire pour rénover la mosquée actuelle, vétuste et dépourvue de ventilation et d’une isolation dignes de ce nom. «Une fournaise l’été, un frigo l’hiver», résume Grégory Stergiou, président de la Fondation islamique du district de la Riviera-Pays- d’Enhaut, propriétaire des lieux depuis 2009. Celle-ci financera les fonds propres nécessaires pour l’emprunt de 1,7 million de francs Les intérêts seront payés par Vevey, conformément à la décision du Conseil communal de juin 2014.

Concrètement, la mise en conformité de la salle du deuxième étage du bâtiment de la rue du Verger 10 passe par la réalisation d’un escalier de secours à partir d’une porte existante. «Les 10 000 francs nécessaires seront assumés par notre fondation, comme l’essentiel des travaux d’aménagement, continue-t-il. De mauvaises surprises constatées en cours de route ont occasionné des surcoûts que nous assumerons aussi.»

La Commune s’est tout de même engagée à faire un geste: «Nous compenserons une partie des frais en adaptant le loyer», explique le municipal Michel Agnant, représentant des autorités au sein du comité de la fondation, et qui a pris part à la visite technique d’urgence organisée le 1er décembre. À combien s’élèvera le loyer en question? «Les discussions sont en cours», selon Étienne Rivier.

Le bail stipulera que le lieu de culte est prévu pour une capacité maximale de 200 personnes. En cas de dépassement, la responsabilité incendie incombera à la fondation. «Nous n’atteignons cette fréquentation que pour la prière du vendredi, précise Grégory Stergiou. Si plus de 200 personnes font le déplacement, nous bloquerons l’accès et prévoirons une deuxième prière.»

Grégory Stergiou se réjouit d’entamer le transfert après plusieurs retards dus à des raisons techniques et administratives. «J’espérais que tout serait réglé avant les Fêtes, vu le froid qui sévit à la mosquée de la rue du Clos! Mais on y est presque dés­ormais.» De son côté, Étienne Rivier insiste aussi sur l’intérêt collectif à régler cette affaire au plus vite: «Des locaux inoccupés, ce n’est jamais une bonne chose. Il s’agit aussi de réfléchir à leur avenir lorsqu’ils n’abriteront plus la mosquée provisoire.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.