Passer au contenu principal

Mud Day: Les enfants aussi ont leur parcours du combattant

La quatrième édition de l'événement familial a permis aux jeunes sportifs de se dépasser.

Trois vagues se sont succédée pour affronter le même parcours (7-9 ans/10-12 ans/13-15 ans).
Trois vagues se sont succédée pour affronter le même parcours (7-9 ans/10-12 ans/13-15 ans).
MAXIME SCHMID

Leur allure le prouve: leggings et shorts de sport maculés de coulées de boue, bandanas imbibés de sueur, barbes et cheveux trempés, les 4000 participants du Mud Day ont trimé sur plus de 13 km, samedi, à Aigle.

Au milieu des adultes qui enchaînent les bières pour reprendre des forces, des enfants aux t-shirts orange fluo s’entraînent. La quatrième édition suisse (la troisième à Aigle) de cette course d’obstacles autorise pour la première fois la participation des 7 à 15 ans. «Nous avons eu beaucoup de demandes de parents qui souhaitaient inscrire leurs enfants, affirme Violaine Sauty, cheffe de projet et co-organisatrice de l’événement. La boue et les obstacles, ce n’est pas réservé qu’aux adultes!»

Un parcours adapté

Tirer des pneus, gravir des montagnes boueuses, se confronter aux anneaux, ramper sous des filets, franchir des bennes remplies de boue: c’est un miniparcours du combattant étendu sur 1 km qui a été spécialement conçu pour les jeunes sportifs. Des obstacles «phares» du Mud Day qui allient «force, équilibre et fun», selon l’organisation. En début d’après-midi, sur le terrain de sport des Glariers, les «Mud kids» s’échauffent en musique, avant de partir comme des fusées. Sur le parcours, on retrouve en première ligne des parents convertis en coaches, des bénévoles venus assurer la sécurité, des enfants qui élaborent des stratégies de groupe. Ici, pas de chronomètre; l’entraide et le divertissement sont de mise.

Sur les 200 participants, beaucoup ont voulu suivre les pas de leurs parents, comme Nolan et Enora, 9 et 12 ans. «Ils ont toujours voulu m’accompagner mais ce n’était pas permis, raconte leur papa, qui compte trois participations à son actif. C’est très positif que les enfants puissent concourir. Il faut les motiver à bouger tout en leur montrant qu’on peut aussi s’amuser.» L’édition a rencontré un franc succès. «C’était trop bien! J’aime pas trop la boue mais au final, c’était pas dégoûtant», raconte Emelyne, 8 ans. «C’est à refaire! s’enthousiasme Charlotte, 11 ans, fan de Koh-Lanta. Mais la prochaine fois, je courrai plus doucement car ça demande du cardio.» Une satisfaction partagée par l’organisation: «C’est une très belle édition, sous le soleil, avec une belle fréquentation!»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.