Passer au contenu principal

Le musée Pyromin pète le feu

Situé dans l’ancien fort de Champillon, le musée dédié aux explosifs et à la pyrotechnie rouvre ses portes pour sa saison 2013.

Quelques virages au-dessus d'Aigle, sur la route de Corbeyrier, se niche un musée original. Dédié à la pyrotechnie, aux explosifs et aux feux d’artifice, Pyromin vient tout juste d'ouvrir ses portes pour une deuxième saison. Installé dans l'ancien fort militaire de Champillon, le musée fait voyager les visiteurs à travers le temps. Suivez le guide!

Une fois à l’intérieur, la pénombre enveloppe le visiteur créant une sensation de dépaysement. Après un bref film sur les consignes de sécurité, on se trouve tout de même dans un lieu confiné et souterrain, le visiteur s’engage dans le long couloir humide sous l’œil vigilant de Sainte-Barbe, gardienne des artificiers. Ici et là subsistent quelques traces du passé du fort. «Notre but n’était pas de mettre en avant le caractère militaire de cet endroit. Même les antimilitaristes apprécient la visite!» rigole Martial Baudin, directeur et concepteur du musée. A l’origine, la société du Vaudois, NL Pyrotechnique, avait acquis Champillon pour en faire un lieu de stockage. Puis l’entreprise a décidé d’y créer un musée lié à son domaine, pour profiter davantage de la surface disponible et donner une nouvelle vie au fort.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.