Il a navigué sur l’Amazone à la force de ses mollets

VeveyHervé Neukomm présente, en avant-première à Vevey, un film qui retrace son périple en Amazonie sur un bateau-vélo.

Hervé Neukomm sur son bateau-vélo, lors de son périple de 7200 km sur l’Amazone et ses affluents, entre 2011 et 2013.

Hervé Neukomm sur son bateau-vélo, lors de son périple de 7200 km sur l’Amazone et ses affluents, entre 2011 et 2013. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Hervé Neukomm rigole en essayant d’appuyer sur la touche de son smartphone: «Je n’y arrive pas, mon pouce s’est infecté après une morsure d’araignée, mais ce n’est rien. Le plus dangereux, ça reste les attaques de pirates et que d’un seul coup vous vous retrouviez avec une arme sur la gueule.»

L’aventurier a failli mourir plusieurs fois lors de son périple de 7500 km entre Tena, en Equateur, et Macapá, au Brésil, à bord de son bateau-vélo. Un grand pédalo de son invention qui combine un cycle et une barque avec des roues à aubes. «Je pense que je dois avoir une bonne étoile», sourit le Veveysan d’origine.

«J'ai tellement reçu que je veux rendre aux autres»

L’homme de 38 ans est de retour à Vevey vendredi au Cinéma Rex pour promouvoir Pura vida, un film documentaire qui raconte ce périple sur l’Amazone. Il souhaite, grâce à ce film et à des conférences, récolter des fonds et du matériel pour l’association qu’il a créée avec sa compagne, Hàbitat Sur, qui met en place des projets sociaux, culturels et environnementaux près de la ville de Leticia, en Amazonie colombienne. «Le voyage est quelque chose d’assez égoïste. J’ai tellement reçu de la part des gens quand je pédalais au Moyen-Orient, en Afrique ou en Amérique latine qu’aujourd’hui je veux rendre le plus possible aux autres», précise Hervé Neukomm.

Depuis la fin de son expédition en 2013, il a lâché son guidon et s’est établi à Leticia, où il gère, en plus de son association, une agence de tourisme responsable et une réserve naturelle qu’il a mise sur pied avec sa compagne grâce à du terrain cédé par sa belle-famille à la Colombie.

«Nous essayons de responsabiliser les touristes, car la plupart veulent venir en Amazonie trois jours et tout faire en payant toujours moins cher.»

«Nous essayons de responsabiliser les touristes, car la plupart veulent venir en Amazonie trois jours et tout faire en payant toujours moins cher. Comme il y a de l’argent facile à se faire, certains habitants n’hésitent pas, par exemple, à capturer des animaux pour que les voyageurs puissent les voir.»

La culture indigène va finir par disparaître avec l’exode des jeunes vers les villes, mais les tribus locales ont pris conscience que leur culture intéresse les gens. «Cela leur permet de gagner un peu d’argent et de se sentir valorisées, car leur mode de vie a été dénigré pendant des décennies par les missionnaires et les gouvernements. Nous venons d’ailleurs de mettre en place un centre de connaissance avec une personne qui transmet la culture et les légendes pour que cela ne soit pas perdu.»

L’association Hàbitat Sur crée aussi des projets artistiques, des bibliothèques, forme les jeunes comme guides, propose des cours d’informatique, d’anglais ou encore sur la préservation de la nature et le tri des déchets. «Nous voulons montrer à la jeune génération qu’il y a d’autres possibilités pour s’en sortir que le football et le trafic de drogue.»

(24 heures)

Créé: 22.09.2016, 17h18

Un «bicibarco» régional

L’idée de créer un bateau-vélo – ou un «bicibarco», comme les habitants l’appellent en Amazonie – est née dans la tête d’Hervé Neukomm quand il pédalait dans le désert de Namibie. Pour réaliser ce projet un peu fou, il a contacté la Ville de Vevey pour demander une aide financière. La Commune a répondu favorablement à cette requête. «Son action nous a semblé très intéressante et elle collait parfaitement avec notre volonté de soutenir des projets avec une démarche environnementale et sociale», explique le municipal Jérôme Christen. Une fondation veveysanne a aussi participé au projet. «La société a besoin d’explorateurs qui veulent faire connaître la nature. Son projet allait dans notre sens, alors nous l’avons soutenu avec plaisir», souligne Olivier Ferrari, cofondateur de One Nature Foundation.

Infos pratiques

Projection du film Pura vida vendredi au Cinéma Rex de Vevey à 19 h, réservation conseillée.

Conférence d’Hervé Neukomm ce jeudi à 19 h à la Maison de Quartier Jaman 8, à Clarens (entrée libre).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.