Toujours plus de démunis se disputent les invendus des magasins

RivieraDepuis janvier 2016, les associations actives dans l’aide alimentaire ont vu quasi doubler le nombre de demandeurs.

Vendredi dans les locaux de l’Association l’Etape à Vevey. Les bénévoles préparent les invendus afin de les distribuer en bon ordre.

Vendredi dans les locaux de l’Association l’Etape à Vevey. Les bénévoles préparent les invendus afin de les distribuer en bon ordre. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains font déjà la queue à 5 heures du matin, alors que la distribution gratuite de nourriture ne commence que rarement avant 10 heures. Et les files d’attente se font de plus en plus denses et longues. Les associations caritatives L’Etape, à Vevey, et le Coup de pouce, à Clarens – qui se chargent de la distribution des invendus périssables des magasins sur la Riviera –, constatent une forte hausse du nombre des demandeurs d’aide alimentaire.

L’effectif global de leurs bénéficiaires a passé de 360 à près de 600 personnes entre janvier 2016 et juillet dernier. «Cette augmentation est due aux mouvements migratoires actuels, avec des migrants dans des situations très précaires, mais aussi à la paupérisation d’un nombre croissant de résidents de la région, estime Pierre-André Glauser, président de l’Etape. Cette situation est observée par tous les acteurs sociaux dans le canton. Dès qu’il y a une crise dans une région, nous en ressentons vite les effets.»

Grosses inquiétudes
Chaque semaine, les deux associations distribuent gratuitement près de 1,5 tonne de nourriture périssable (légumes, fruits, produits laitiers et viandes) provenant des surplus récoltés auprès des grands distributeurs par l’organisation nationale Table Suisse. Ce qui représente un poids annuel pour la Riviera de 75 tonnes de nourriture, soit une valeur de 1 demi-million de francs environ.

«Mais cette quantité de nourriture dont nous pouvons disposer aujourd’hui risque fort de diminuer sous peu, commente Jean-Jacques Vuillemin, président du Coup de pouce. Car les grands distributeurs s’attellent à réduire la quantité de leurs invendus pour des raisons de rentabilité évidentes. Et cela nous inquiète: il nous faut d’ores et déjà trouver d’autres stratégies. Les petits commerçants qui nous aident ne suffiront pas.»

«Les demandeurs souhaitent pouvoir manger à leur faim, avant de rechercher de la convivialité et de la chaleur humaine.»

Or la situation est urgente, à entendre Jean-Blaise Roulet, pasteur aumônier de l’assemblée évangélique La Passerelle, à Vevey, qui œuvre aussi pour l’Etape. «Il n’y a qu’à voir l’heure très matinale à laquelle les demandeurs se pressent à nos portes. Nous nous sommes aperçus que les repas communautaires que nous organisions récemment encore sont moins pertinents que la distribution de nourriture. Les demandeurs souhaitent pouvoir manger à leur faim, avant de rechercher de la convivialité et de la chaleur humaine.»

Lors des trois distributions hebdomadaires (le mardi et le vendredi à Vevey ainsi que le mercredi à Clarens), la tension est d’ailleurs palpable parmi les personnes qui font la queue. Elle donne parfois lieu à des disputes. A tel point que les deux associations ont mis sur pied un système de tickets, comme à la poste, pour que la distribution, assurée par une huitantaine de bénévoles, retraités ou étudiants, se déroule au mieux. «Il nous faut d’abord évaluer la quantité de nourriture reçue – près de 500 kg en moyenne par distribution – et la répartir équitablement entre les demandeurs, près de 80 par distribution, à Vevey», précise Pierre-André Glauser. Pour recevoir l’aide alimentaire, les bénéficiaires doivent disposer de la carte Caritas, obtenue avec l’accord des services sociaux. Elle leur donne droit à deux distributions hebdomadaires.

Créé: 27.08.2017, 18h51

L'Etape a besoin de bénévoles

Créée en 1997, lors de la crise économique qui a frappé Vevey, L’Etape, Centre œcuménique d’accueil, fête ses 20 ans. L’association lutte contre la précarité et fonctionne grâce à des dons en nature et en espèces. En collaboration avec Caritas, la Fondation AACTS (addiction, action communautaire, travail social) et les Cartons du Cœur, elle a pu offrir une carte alimentaire à Vevey. Ces temps, l’Etape s’efforce de renforcer ses effectifs de bénévoles, notamment pour organiser à nouveau des repas communautaires, en partenariat avec l’Association pour les environs de la place Robin (APERO), à l’Espace Bel-Air, à Vevey.

En chiffres

600



Le nombre de personnes sur la Riviera qui bénéficient de la nourriture invendue dans les magasins, contre 360 en janvier 2016.




75 tonnes



La quantité de nourriture invendue distribuée sur la Riviera en 2016.




3



Le nombre de distributions hebdomadaires à Vevey et à Clarens, contre une seule, à Vevey, en 2006, année de la première distribution des invendus.




1400

Le nombre de repas par an (au prix de 5 francs) préparés par l’Etape jusqu’en septembre 2016, avant son déménagement dans ses nouveaux locaux de l’avenue Reller 6, qui ne disposent pas de cuisine.

Articles en relation

«Mettons fin au gaspillage alimentaire en Europe!»

Après la France Jeter les invendus, c’est désormais interdit dans l'Hexagone. Arash Derambarsh veut maintenant passer la vitesse supérieure. Portrait. Plus...

Quand les invendus engendrent du chiffre d'affaires

Gaspillage alimentaire On connaissait la redistribution des invendus alimentaires dans le domaine caritatif. Depuis peu, les surplus sont aussi intégrés dans des stratégies commerciales. Deux initiatives montrent la voie à Zurich. Plus...

Des supermarchés belges obligés de donner les invendus

Gaspillage En Belgique, des communes forcent les supermarchés à offrir aux œuvres caritatives les aliments encore consommables. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.