Le nouveau campus du Haut-Lac mise sur l’écologie

Saint-LégierTrès impliquée dans le développement durable, la plus grande école privée de la Riviera inaugure son nouvel écocampus

L’écocampus de l’école internationale du Haut-Lac sur les site de Praz-Dagoud, à Saint-Légier.

L’écocampus de l’école internationale du Haut-Lac sur les site de Praz-Dagoud, à Saint-Légier. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Regardez ces arbustes: ce sont les élèves de l’école qui les ont plantés il y a quelque temps. Ils sont juste parfaits pour l’inauguration!» C’est une souriante Grainne Dubler qui nous accueille sur le campus flambant neuf de Praz-Dagoud, à Saint-Légier-La Chiésaz.

Autour de l’une des directrices de l’Ecole du Haut-Lac, le plus grand établissement scolaire privé et bilingue de la Riviera, de petites têtes blondes lancent des «Hello» et des «Good morning Madam», avant de courir rejoindre leurs amis.

A deux pas du terrain de foot communal de Saint-Légier, ce nouvel établissement scolaire, qui a ouvert ses portes en août dernier, après quatorze mois et 33 millions de francs de travaux, permet d’accueillir sur un même site tous les élèves de primaire et d’enfantine, non loin du campus secondaire de Roches Grises

Normes Minergie

Il sera inauguré officiellement aujourd’hui. Sa particularité? Il a été construit conformément aux normes Minergie, est doté d’un système de récupération des eaux pluviales, d’un toit végétalisé, de nombreux panneaux photovoltaïques qui scintillent sur le toit, dont la production d’énergie est affichée en permanence sur un écran, à l’entrée de l’école. Un écocampus, donc, voué à l’écologie et au développement durable.

«Nous sommes très sensibles à la cause environnementale, nous explique Jean-Louis Dubler, directeur général et responsable des finances. Il était nécessaire pour nous d’évoluer vers une démarche écoresponsable, de la conception du bâtiment jusqu’à l’offre d’enseignement. Nos élèves sont constamment sollicités en cours, dès leur plus jeune âge.»

«Modèle d’écologie urbaine»

Fondée à Vevey en 1993 par deux couples déjà actifs dans le milieu de l’éducation – les Dubler et Anne-Marie et Neil Harwood –, l’Ecole du Haut-Lac comptait à l’époque une seule classe de treize élèves. Aujourd’hui, avec l’ouverture en novembre dernier de la crèche du Haut-Lac à Vevey, l’école compte 700 inscrits, âgés de 18 mois à 18 ans, de toutes les nationalités. Le prix de l’écolage pour une année? Il débute à 18 000 et peut aller jusqu’à 30 000 francs.

Conçu sur quatre étages, le bâtiment abrite plus de trente-cinq salles de classe, d’autres encore spécialisées (musique, art, technologie, science) ainsi qu’une salle de sport triple, d’une hauteur de 8 mètres, qui fait partie d’un immense complexe sportif, le plus grand du canton.

«Je suis très heureux que le Conseil communal ait approuvé le projet, note Alain Bovay, syndic de Saint-Légier. C’est une école très importante pour notre commune: le nouveau bâtiment est un modèle d’écologie urbaine et nous travaillons en partenariat avec les directeurs pour le bien-être de la jeunesse.» En effet, un programme de synergie a été élaboré avec la Commune permettant par exemple aux sociétés locales d’accéder aux installations sportives (lire encadré).

«Et voici le biotope. Nous allons aussi créer un jardin de découvertes pour les petits!» se réjouit Grainne Dubler, avant de disparaître dans les couloirs couverts de dessins et de slogans écolos: «Don’t forget to recycle!» (24 heures)

Créé: 09.06.2015, 21h23

Une synergie gagnante

Au tout début, c’est vrai, il y a eu un peu d’appréhension de la part des habitants du village, confie Alain Bovay, syndic de Saint-Légier. Ils avaient surtout peur des nuisances dues au trafic.»

Soucieuse de garder des rapports de bon voisinage, l’Ecole du Haut-Lac a établi un plan de mobilité pour optimiser la circulation, qui aujourd’hui satisfait tout le monde.

Mais elle a aussi proposé à la Commune un programme de synergie permettant aux sociétés locales l’accès au centre sportif du campus ainsi que la possibilité de louer ses salles de conférences. Quant aux élèves de l’école, ils pourront s’entraîner sur le terrain de foot, ou à la piscine communale.

«On appelle ça du «win-win», continue le syndic. Nous avons un partenariat exceptionnel!» De plus, sans l’école, les autorités auraient été obligées d’investir dans un nouvel établissement scolaire, afin d’accueillir les 20% d’enfants résidant à Blonay et à Saint-Légier, actuellement scolarisés au Haut-Lac.

Pour la Commune, cela représente une économie annuelle qui avoisine le prix d’écolage.




























































Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...