Un nouveau club pour danser tôt au bord du lac

VeveyArborant de magnifiques voûtes restaurées, le KJU offrira une terrasse au bord du lac, dans une ville qui en compte peu.

L’intérieur du KJU a été entièrement refait, un chantier en accord avec les Monuments historiques.

L’intérieur du KJU a été entièrement refait, un chantier en accord avec les Monuments historiques. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Enfin un club où l’on danse avant 1 heure du matin.» La phrase apparaît tant sur une nouvelle porte vitrée, au bord du lac de Vevey, que sur un flyer qui a circulé au bal de la Fête de la danse. Ce nouveau lieu? Le KJU (prononcez comme la lettre Q en anglais, soit «qiou») ouvrira ses portes fin juin, avant une inauguration en septembre. Ce bar-restaurant proposera un concept peu courant sous nos latitudes. «La tendance existe dans le monde: commencer à danser là où l’on a mangé, la musique augmentant à la fin du repas, sans attendre de se rendre tard dans une disco. Des lieux pareils se rencontrent à Paris, à Lisbonne ou à Istanbul. Nous avons voulu implanter ce concept ici», explique Christian Hennard, propriétaire des lieux et initiateur du projet.

Histoire magnifiée

Ne sous-entendez pas qu’il s’agit d’une discothèque: «Rien à voir avec une disco pure et dure qui ferme à 4 heures du matin, puisque nos autorisations vont jusqu’à minuit-1 heure», souligne Ezio Vialmin, patron de restaurants renommés de la région et également partie prenante de l’aventure KJU. Ces derniers jours, les passants du bord du lac n’auront pas manqué de constater que le chantier, au quai Perdonnet 22, semble toucher à sa fin. Mais impossible d’imaginer du dehors que l’intérieur recèle une voûte magnifique et un vaste espace. «Nous avons tout refait, souligne Christian Hennard. Le lieu était en mauvais état: il pleuvait à l’intérieur! Un travail énorme, effectué en accord avec les Monuments historiques, avec la participation de spécialistes comme Jean-François Dominici, qui a travaillé notamment sur la cathédrale de Lausanne.» (Lire ci-contre.) «Cet endroit atypique pose de réels challenges, notamment pour intégrer des éléments contemporains dans pareil écrin», constate Carles Valverde, sculpteur à l’origine d’éléments comme la cuisine du KJU et ami du patron. Ce dernier souligne que l’aventure est née de «l’union d’amitiés, avec l’objectif de marier esthétisme, architecture, art et divertissement».

Service jusqu’à… minuit

Quid du bruit pour les voisins indirects? «Pour des questions phoniques, même la cuisine a été posée sur pilotis! Nous avons doublé les murs, à 80 cm, et avons utilisé du verre spécial», se défend Christian Hennard. «Le permis a été délivré sous condition, sur la base des recommandations d’acousticiens», précise Renée-Laure Hitz, architecte de la Ville.

Autre particularité et chose très rare sur la Riviera, la cuisine sera ouverte jusqu’à minuit. Et il sera possible de se restaurer dehors, au bord du lac, dans une ville qui compte peu de ce genre de terrasses «lacustres».

Créé: 16.06.2015, 08h27

Bâtiment du XVIIIe siècle

Le bâtiment qui abritera le KJU, au quai Perdonnet 22,
à Vevey, date du XVIIIe siècle. Selon les restaurateurs d’art de l’atelier Sinopie, à Vevey, mandatés par le Service des monuments historiques du Canton, la façade date de 1890, mais a été modifiée en 1909. Le quai Perdonnet venait d’être créé en 1860, et l’actuel KJU devait servir à l’époque de hangar à bateaux. «Ces derniers y déchargeaient leurs cargaisons de marchandises à destination des hôtels voisins, notamment l’Hôtel Monnet, actuel Hôtel des Trois Couronnes. Il abrita ensuite leurs calèches», précise l’actuel propriétaire, Christian Hennard. Par la suite, comme en attestent nombre de cartes postales détenues au Musée historique de Vevey, il a servi tant de quincaillerie que d’épicerie fine, vendant notamment «vins fins
et liqueurs». Avant le KJU, le lieu abritait une galerie d’art.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.