Un nouveau journal en gestation dans le Chablais

MédiasLes 28 Communes du Chablais sont appelées à financer en partie un journal qui serait porté par deux éditeurs locaux.

Un nouvel hebdo pourrait enrichir la presse actuelle dans le Chablais, composée de journaux romand, cantonaux et communaux.

Un nouvel hebdo pourrait enrichir la presse actuelle dans le Chablais, composée de journaux romand, cantonaux et communaux. Image: CBO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un nouveau média écrit va-t-il être créé prochainement dans le Chablais? L’idée semble cheminer depuis quelque temps entre Vaud et Valais, du moins dans les sphères politiques et éditoriales. «Le projet a été présenté la semaine dernière, à la Foire du Valais, à 80 syndics vaudois, présidents de Communes valaisannes, municipaux, députés», précise Georges Mariétan, secrétaire général de Chablais Région pour encore quelques jours.

Le journal serait un hebdomadaire gratuit à l’intention des habitants des districts d’Aigle et de Monthey, et d’une partie de celui de Saint-Maurice. «Le projet en est à ses prémices», prévient Stéphanie Simon, directrice et rédactrice en chef du «Régional». L’hebdomadaire planche avec «Le Nouvelliste» et les Communes. «Ce type de collaboration en presse écrite entre Communes et éditeurs est un nouveau modèle, une piste que l’on explore, car il y a une demande pour des informations locales», poursuit Stéphanie Simon.

Éditeur du quotidien valaisan, Éric Meizoz, qui imagine un journal pérenne avec du vrai contenu et de la plus-value pour l’ensemble de la région, relève que «le projet ne peut se faire sans l’appui financier inconditionnel des Communes». Ces dernières devraient participer à hauteur de 4 francs par an et par habitant, soit environ 400 000 francs. Pour rappel, ces mêmes Communes, pour 5 francs par an et par habitant, participent déjà au financement de Radio Chablais.

Le syndic d’Aigle, Frédéric Borloz, qui en a déjà beaucoup parlé avec ses collègues de la région, évoque la création d’un nouveau média écrit dans le Chablais depuis le début de la législature. «L’idée serait de donner à nos administrés plus d’informations hyperlocales. Ainsi, nous pourrions renoncer à nos petits journaux communaux, pour lesquels nous avons peu de moyens et qui coûtent aussi de l’argent.» Syndic d’Ollon, Patrick Turrian aimerait en voir un peu plus avant de miser. «Nous allons très prochainement écrire aux Communes pour leur expliquer plus précisément le projet», répond Stéphanie Simon. L’édile ne se voit en revanche «absolument pas renoncer à la publication, quatre fois par an, du bulletin local, «Le Boyard.»

Président de Monthey, Stéphane Coppey doit encore en parler aux municipaux. «Il est clair que l’on doit en savoir plus, mais pourquoi pas. Ça répond sans doute à un besoin. Pour autant que le projet rédactionnel aborde les sujets avec une vraie approche journalistique, des analyses de fond et pas seulement évoquer la vie d’un nonagénaire.»

Créé: 08.10.2019, 07h42

Articles en relation

Le Journal de Morges fête ses 125 ans en bonne santé

Médias Né en 1894, le titre est tenu à bout de bras par Cédric Jotterand, son propriétaire et rédacteur en chef. Plus...

Pierre Mercier ne donnera plus le la à «L’Omnibus»

Médias L’ancienne voix de la RSR a annoncé qu’il quittait la rédaction en chef de l’hebdomadaire de la région d’Orbe à la suite de graves problèmes de santé. Plus...

Plus de rédactrice en chef à «La Région Nord vaudois»

Médias Le journal local vit des jours troublés par le départ abrupt de Caroline Gebhard, en place depuis 2018. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.