Les Ormonts recherchent des traces de leurs foires

PatrimoineDans le cadre de la réalisation d’un film sur l’agriculture de la vallée, le Musée des Ormonts lance un appel aux images d’archives.

Les photos de foires aux Ormonts, comme celle-ci illustrant un marché à Vers-l'Eglise, ne sont pas légion.

Les photos de foires aux Ormonts, comme celle-ci illustrant un marché à Vers-l'Eglise, ne sont pas légion. Image: DR - Musée des Ormonts

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On y trouvait de tout: vêtements, fournitures pour le travail à la ferme, bonbons, bovins… Travaillant à la réalisation d’un film sur l’agriculture d’hier et d’aujourd’hui dans la vallée des Ormonts, Alain Wenker a pu constater le rôle crucial que jouaient les foires organisées régulièrement dans la région. «Deux agriculteurs que j’ai interviewés m’en ont parlé. On descendait rarement en plaine. Ces rencontres étaient un moment important.»

Et pourtant, rares sont les témoignages photographiques les illustrant, quand bien même le Lausannois qui possède une résidence secondaire aux Diablerets a demandé l’aide du Musée des Ormonts à Vers-l’Eglise, partenaire dans la réalisation de ce film. «Pour l’heure, seules trois photos ont été retrouvées. L’une illustre une foire aux Mosses. Une autre la foire au bétail du Sépey (qui existe encore, ndlr).» La 3e, visible ci-dessous, fut prise à Vers-l’Eglise dans les années 1950. Cette lacune est la raison pour laquelle l’institution a récemment lancé un appel pour alimenter ses archives sur ce sujet.

«Globalement, les images illustrant la vie agricole de la vallée sont rares, relève Mary-Claude Busset, conservatrice du Musée des Ormonts. Les gens se photographiaient peu au travail, mais plutôt lors de fêtes de famille.» Le constat n’est d’ailleurs pas propre à la vallée vaudoise: «En Valais ou sur Fribourg, on a engagé des photographes professionnels pour combler ce manque.»

Dans ce contexte, la démarche d’Alain Wenker ne pouvait que séduire le Musée des Ormonts. L’homme qui compte plusieurs réalisations à son actif - «un portrait de berger ou un autre d’un agriculteur» - a logiquement interpellé l’institution. «Mary-Claude Busset m’a mis en contact avec six agriculteurs de la région, raconte Alain Wenker. Deux retraités, deux personnes en milieu de carrière et deux jeunes qui viennent de reprendre une exploitation, dont une femme. Leurs interviews constitueront la colonne vertébrale du récit, mais le Musée m’a fourni de nombreuses images d’archives, photos et films anciens, qui illustreront leurs propos.»

Évolution rapide

Au fil des entretiens, le réalisateur a pu mieux cerner l’évolution du métier de paysan dans cette région de montagne. «Un de mes interlocuteurs m’a par exemple raconté que son père portait encore le foin sur son dos lorsqu’il a pris sa retraite. Mais il a vu les premières machines à faire des balles de foin, puis les premières faucheuses avant son décès.»

Les tournages terminés «à 99%», Alain Wenker entamera bientôt le montage de son film. Il compte soumettre une première mouture au Musée des Ormonts avant la fin de l’automne (24 heures)

Créé: 02.09.2018, 17h18

Articles en relation

Balade aux Ormonts en compagnie des peintres

Exposition Le Musée des Ormonts présente 95 toiles d’une vingtaine d’artistes pour redécouvrir la vallée. Plus...

La vénérable scie des Planches a repris du service

Vers-l'Eglise Le moulin ormonan fonctionne à nouveau. Et est désormais classé «monument historique». Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.