Des parchemins au disque d’or de Deep Purple, Montreux exhibe ses trésors

PatrimoineEnrichies de nouveaux fonds privés, les Archives montreront au public leurs plus belles pièces retraçant l’histoire régionale.

Découvrez en vidéo le top 3 des trésors montreusiens.
Vidéo: Fabien Grenon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le feu a pris à 16 h 24, ce samedi 4 décembre 1971, trois heures avant que le bâtiment gorgé de paraffine n’explose. Le billet de concert coûtait 28 francs. Soigneusement étalés sur une grande table, aux Archives de Montreux, une foule de documents racontent le fameux incendie du Casino. Ici, un bon de repas commandé par Frank Zappa, que le musicien n’a pas pu honorer, une fois sorti de la scène et du bâtiment en flammes. Là, une photo unique montrant un gigantesque nuage de fumée sur le lac. Plus loin, le disque d’or reçu par Deep Purple, présent lors du sinistre, pour son album Machine Head et le célèbre Smoke on the Water , que le groupe a remis à la Ville en 1973.

«Nous nous réjouissons de voir les réactions des visiteurs, souvent très intéressantes pour nous»

C’est, entre autres, ce que pourra découvrir le public aux portes ouvertes des Archives de Montreux, qui viennent de s’enrichir de cinq nouveaux fonds privés (lire ci-contre). «Tous les documents que nous recevons rendent les recherches historiques plus vivantes, commente Nicole Meystre, responsable. Lorsque l’on évoque un événement qui nous a marqués, nos émotions surgissent. Nous nous réjouissons de voir les réactions des visiteurs, souvent très intéressantes pour nous.»

Les Archives ont donc décidé de remonter dans le temps pour tenter d’émouvoir les visiteurs. Elles ressortiront exceptionnellement le plus vieux document qu’elles possèdent: un affranchissement de taille rédigé par Pierre d’Oron en 1269, réglant une question fiscale. «C’est une chance inouïe de l’avoir chez nous dans un parfait état de conservation», glisse Nicole Meystre. En revanche, le droit de foire octroyé aux gens de Brent par le duc de Savoie Charles Ier en 1486 est plutôt usé. Car il a été brandi à de nombreuses reprises par les villageois de Montreux pour rappeler aux autorités successives que cette foire avait été décrétée libre et franche. Grâce à ce droit, ils sont d’ailleurs encore parvenus, il y a deux ans, à échapper à une redevance, alors que Sécurité Riviera et la police du commerce voulaient encaisser une taxe forfaitaire de 6 francs le mètre courant par forain. Ce privilège hors du commun, accordé à un petit hameau retiré par des Savoyards dont le territoire s’étendait du Piémont jusqu’à Nice, n’a cessé d’interpeller les historiens au fil des siècles.

Parmi les documents sortis des 3 kilomètres de rayonnage des Archives de Montreux, dont 250 issus de fonds privés, le public aura aussi l’opportunité d’en apprendre davantage sur l’étrange organisation politique de Montreux, sa vingtaine de villages et leurs gouverneurs. Cela au travers d’un plan cadastral aquarellé du bourg des Planches datant de 1695 et destiné à Leurs Excellences de Berne. Ce petit village avait fusionné en 1962 avec son voisin du Châtelard, pour former la toute jeune commune de Montreux.

Les lettres de Charlot

«Avant de sortir tous ces anciens documents, nous devons toujours procéder à une pesée d’intérêts entre la conservation de ce patrimoine précieux et les avantages liés à une recherche historique, souffle Nicole Meystre. Les accès à ces documents dépendent aussi de leurs propriétaires.»

Pour ce qui concerne le Fonds Chaplin, déposé à Montreux, les impératifs de la conservation priment. A l’occasion des portes ouvertes, la famille ouvrira néanmoins au public la correspondance originale du célèbre vagabond. On y trouve notamment une lettre de Winston Churchill félicitant l’acteur pour sa comédie Limelight, une autre d’Albert Einstein déclinant l’invitation pour la première du film Monsieur Verdoux ou encore un courrier de Giscard d’Estaing déplorant le vol, à Corsier en 1978, du cercueil de Charlot. (24 heures)

Créé: 01.06.2017, 08h03

Cinq nouveaux fonds privés

Les Archives de Montreux viennent d’hériter des fonds privés des familles Zurcher, Boller, Mayer et Koenig, qui ont toutes marqué l’histoire régionale. Carlo Boller, compositeur, a mis en musique la 20e Fête des narcisses en 1938. La famille a remis la bibliothèque de travail du musicien ainsi que des photos familiales stéréoscopiques, avec l’appareil, vieux d’un siècle, permettant de les visionner en trois dimensions. La famille Zurcher exploite depuis cinq générations sa réputée confiserie, après avoir géré une chocolaterie à Clarens jusqu’en 1926. Fils de Roman Mayer, propriétaire de la bijouterie du même nom, Albert Mayer fut syndic de Montreux-Planches et acteur de la création de Montreux. Le fonds déposé réunit la correspondance familiale, les archives de la bijouterie, ainsi que divers documents officiels. Quant à René Koenig, dermatologue, il a présidé l’Association de protection des sites de Montreux. Et fut l’un des leaders de sa sauvegarde.

Infos

Clarens, entrée par la cour du collège Vinet.
Portes ouvertes, ve 9 juin (13 h 30-20 h). Réservation conseillée au tél. 021 983 18 10 ou par courriel à archives@montreux.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...