La passerelle de Chailly sur l'A9 fait déjà son retour

MontreuxLes travaux du nouvel ouvrage, prévu pour remplacer le pont percuté par un camion cet été, ont débuté. Il sera en service dans une semaine.

Vidéo: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La meule a illuminé d'étincelles la nuit de lundi à mardi sur la chaussée montagne de l'A9 à la hauteur de Chailly-sur-Montreux. Peu après 1h, le premier tiers de la passerelle provisoire qui enjambe l'autoroute a atterri sur ses supports de 5,5 m. D'ici mercredi, l'entier des 50 mètres de ce pont tant attendu par les riverains aura été assemblé, quatre mois après la destruction forcée de l'ancienne et très fréquentée passerelle du «Derray de la Cor». Méchamment «éraflée» par un camion transportant une fraiseuse le 26 août dernier, elle avait vu son sort scellé par l'Office fédéral de routes (OFROU) qui avait ordonné son démontage immédiat.

«Quatre mois, c'est très rapide, se félicite Guillaume Garcia Mora, chef de projet, mais il le fallait, tant le besoin pour les riverains était avéré. Pour accélérer les temps, nous avons commandé les fournitures et les prestations à des entreprises locales. On est sur des ajustements en temps réel, avec des pièces sur mesure.»

Les travaux reprendront ce mardi soir, de 21h30 à 4h du matin, avec un trafic en bidirectionnel sur la chaussée montagne. Quelques jours seront ensuite nécessaires pour les finitions. «Si la météo est clémente, les premiers piétons pourront traverser lundi prochain», espère le chef de projet.

Du provisoire qui dure

Dès l'accident de cet été et le démontage de l'ancienne passerelle, les autorités de Montreux avaient alerté Berne sur la nécessité de réhabiliter aussi vite que possible cet axe indispensable vers Montreux pour les habitants du village. Message reçu cinq sur cinq et une stratégie arrêtée rapidement: en attendant la pose à terme d'une passerelle bétonnée flambant neuve, place d'ici la fin de l'année à «une structure provisoire, mais à vocation de durer un certain temps», selon l'expression d'Olivier Floc'hic, porte-parole de l'OFROU.

Un certain temps? Environ six ans, estime Guillaume Garcia Mora. «Cela peut paraître long, mais les procédures sont ce qu'elles sont. D'ici à la mise à l'enquête fédérale du futur ouvrage, il faut déjà compter trois ans. Un autre paramètre est qu'il ne sera pas construit exactement au même endroit pour permettre la création de rampes d'accès aux normes actuelles.»

Plus de 2,5 millions de francs

Les discussions vont également bon train sur le plan financier, notamment avec l'assureur de l'entreprise du véhicule qui a percuté la passerelle cet été. Les coûts ne sont en effet pas anodins: 500'000 francs jusqu'ici entre la destruction de l'ancien et la reconstruction de la passerelle actuelle. «Et probablement plus de 2 millions pour la future structure», ajoute Guillaume Garcia Mora.

Une participation de Montreux est envisageable. Elle dépendra du futur visage de la passerelle. La Confédération s'engage à remettre en état, les «plus-value» éventuelles seront à la charge de la Commune. Une piste cyclable sur la passerelle est notamment à l'étude, ce qui nécessiterait une largeur plus importante.

Aux premières loges

Venu en inspection nocturne, Christian Neukomm, municipal de l'Urbanisme et des équipements publics, a le sourire. «Je suis très satisfait de la réactivité de l'OFROU qui a compris l'importance de ce passage, même si dans un premier temps nous avions dû donner quelque peu de la voix.» Six ans d'attente? L'élu grimace, puis se ravise: l'essentiel était de disposer rapidement d'une solution transitoire. Enrico Bergonzo, chef du service des travaux, évoque sans hésitation «un cadeau de Noël avant l'heure».

Samuel Roch a pour sa part une raison bien personnelle pour braver le froid en compagnie de son père Raymond. Non seulement le président de l'Association des intérêts de Chailly a été l'un des premiers à exiger une solution rapide cet été, mais son ascendance le requiert. «C'est mon grand-père Ernest, qui présida aux destinées de l'association bien avant moi, qui avait exigé la création de ce pont piétonnier en 1971. Sa destruction cet été avait tout de même été un moment d'émotion.»

Créé: 10.12.2019, 10h11

Articles en relation

Coupé en deux, Chailly va se battre pour sa passerelle

Montreux Le village, soutenu par la Commune de Montreux, tient à ce que le pont sur l’A9, démoli en urgence dans la nuit de lundi, soit rétabli. C’était une voie fréquentée. Plus...

La passerelle sur l’A9 sera remplacée d’ici à décembre

Montreux Une structure provisoire est promise par l’OFROU aussi vite que possible en lieu et place de l’ouvrage percuté par un camion le 26 août. L’ATE et les usagers sont soulagés. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.