Les patients de l’hôpital de Monthey déménagent à Rennaz

SantéLe site valaisan est le premier à migrer. Suivront Aigle, Montreux et les deux établissements veveysans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Bon, on est go, là, ou quoi?» s’impatiente en souriant une des premières patientes à s’installer dans le minibus qui la mènera du site de Monthey au Centre hospitalier de Rennaz (CHR). Il est 8 heures, ce lundi, et le déménagement de tous les sites de l’Hôpital Riviera-Chablais (HRC) vers l’établissement unique valdo-valaisan – après quatre ans de chantier – démarre enfin.

Ils sont quatorze à partir vers Rennaz, dont cette résidente de Saint-Maurice (bien qu’ils aient accepté de nous parler et d’être photographiés, l’HRC n’a pas autorisé à communiquer le nom des patients pour des raisons de confidentialité). Six se déplacent en ambulance, six avec Transport Handicap, deux avec la Protection civile (PCi). Tous ces patients sont hospitalisés dans l’unité de médecine interne dirigée par le Pr Nicolas Garin. «La double priorité, pour nous, est la qualité des soins pour nos patients et que la journée ici à Monthey ne soit pas perturbée», explique le Dr Nicolas Piol, directeur médical adjoint de l’HRC.

«Léger pincement au cœur»

La malade chablaisienne est installée dans un véhicule conduit par la PCi avec un chauffeur et un assistant. Dans le coffre, ses anges gardiens d’un jour ont installé son déambulateur et sa valise. À l’arrière, Anne Roux, infirmière, boucle la ceinture de sécurité de sa protégée qui la remercie par un bisou. À la question de savoir si elle est stressée à l’idée de quitter l’Hôpital de Monthey, où elle se trouve depuis une semaine, la réponse fuse: «Que nenni!» La dame préfère évoquer ses deux enfants, «ses sept merveilleux petits-enfants», son ancien travail dans une agence immobilière, ses quatre législatures au sein d’un organe délibérant.

Dans le second fourgon de la PCi a pris place une retraitée assistée par José Iglesias, directeur des soins de l’hôpital de Monthey. Cette habitante de Villars a le visage fermé. Hospitalisée depuis mercredi, elle n’a pas forcément envie de déménager, un peu tendue à l’idée de partir vers Rennaz.

Dans l’unité, l’infirmière Isabelle Bruchez et son équipe finissent de ranger les bureaux. Pour elles aussi, c’est l’heure du grand départ, surtout du non-retour dans un établissement où elle aura passé quinze ans à prodiguer des soins. «C’est avec un léger pincement au cœur, mais surtout avec beaucoup de joie et d’envie que je me rends dans notre hôpital tout neuf», déclare Isabelle Bruchez, infirmière en cheffe depuis cinq ans.

Dans les couloirs, plusieurs dizaines d’hommes en combinaison noire s’affairent. Ce sont les Gentlemen du déménagement, entreprise française notamment spécialisée (il n’en existe pas en Suisse) dans de gros déménagements spécifiques. Les cartons filent vers les nombreux camions garés juste devant l’entrée générale de l’hôpital.

«Mais c’est digne du Ritz!»

Après vingt minutes de trajet, via l’autoroute, les deux patientes arrivent au CHR. Deux infirmières les accueillent dans un tonitruant «Bienvenue à Rennaz», les font descendre avec précaution, les installent dans des fauteuils roulants, direction le deuxième étage. C’est à ce niveau que sont installées les 195 chambres à un ou deux lits. La patiente retraitée, mère de cinq enfants, autant de petits-enfants, entre dans une salle pour deux. Fatiguée et un peu stressée, elle profite de la quiétude de sa nouvelle chambre.

La malade de Saint-Maurice, elle, sera seule. Elle découvre son nouvel espace temporaire de vie, équipé, qui plus est, d’une salle de bain. «Mais c’est digne d’une chambre du Ritz!» s’émerveille­t-elle. Son regard se porte sur la terrasse, le patio, la vue protégée de l’autoroute et de ses nuisances sonores. «Je suis impressionnée», ajoute l’Agaunoise, qui s’assoit sur le lit et, là, fond en larmes. Pas bien longtemps, mais il est l’heure de la laisser se reposer. Avec un énième sourire et une faible poignée de main, elle nous adresse: «Bonne santé à vous et à votre famille. Que Dieu vous protège.»

Lundi à midi, l’HRC communiquait que «le bilan de cette première matinée de déménagement est globalement positif. Le dispositif a fonctionné et l’état de santé des patients a été préservé.»

Créé: 04.11.2019, 18h24

Articles en relation

Dans les entrailles du Centre hospitalier de Rennaz

Rennaz Le Centre hospitalier accueillera ses premiers patients lundi. Visite de l’établissement avant le grand rush. Plus...

L’Espace Santé Rennaz, véritable campus pour une médecine globale

Santé Le pendant para-hospitalier de l’HRC a été inauguré vendredi. Il regroupe plus de 20 disciplines sanitaires. Plus...

HRC: Aller à Rennaz sans auto, c’est possible

Mobilité Nous avons testé l'accès en transports publics au futur hôpital. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.