Des pavillons en guise de garderie

VeveyDes pavillons pour accueillir les 30 places d’accueil perdues? L’idée fait son chemin à Vevey, tandis que le bras de fer avec le bailleur continue.

Après la chute d'une pierre dans la garderie des Petits Pois en février, la Ville avait décidé de fermer la structure. Le bailleur a dénoncé une résiliation abusive. La Municipalité planche sur un plan B: une garderie sous forme de pavillons dans le quartier de Subriez.

Après la chute d'une pierre dans la garderie des Petits Pois en février, la Ville avait décidé de fermer la structure. Le bailleur a dénoncé une résiliation abusive. La Municipalité planche sur un plan B: une garderie sous forme de pavillons dans le quartier de Subriez. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Ville a-t-elle entrepris des démarches pour compenser la trentaine de places d’accueil perdues consécutivement à la fermeture de la garderie des Petits Pois, le 27 février dernier? C’est l’une des questions que le groupe Décroissance-Alternatives a adressées à la Municipalité de Vevey dans cet épineux dossier. Pour rappel, après qu’une pierre avait traversé le faux plafond, l’Exécutif avait ordonné la fermeture de la garderie de 44 places (63 enfants concernés). Quatorze places avaient pu être redistribuées sur d’autres structures, pour un solde négatif de 30 sur l’entier du réseau.

Le municipal ad interim Jacques Ansermet a annoncé jeudi dernier au Conseil communal que des solutions étaient à l’étude, dont une plus avancée: «Construire une garderie sur une parcelle où la Ville possède un droit de superficie, dans le quartier de Subriez, et ainsi maintenir une structure dans l’est de la ville.» La nouvelle garderie prendrait la forme de pavillons. Le problème est dans le délai: deux ans.

Jacques Ansermet assure: tous les enfants des Petits Pois ont été replacés dans le réseau et les standards d’encadrement maintenus. Et ce en dépit de huit postes en moins à la suite de la fermeture de la garderie. Comment est-ce possible, s’est demandé Décroissance-Alternatives? Jacques Ansermet invoque une meilleure efficience dans la répartition des places d’accueil depuis la réorganisation. Et d’ajouter qu’aucun licenciement n’a été prononcé: les employés concernés se sont vu proposer «une ou plusieurs opportunités de travail dans le même secteur» suite à des départs naturels.

Alain Gonthier (Décroissance-Alternatives) s’est dit «ravi de l’engagement politique pour rétablir au plus vite le nombre de places», mais «sceptique» sur le déroulé des faits, notamment au sujet de la décision de fermer Les Petits Pois au printemps. L’Exécutif avait jugé le délai des travaux annoncé par le propriétaire comme trop court pour une remise en l’état des locaux, qui plus est doublée d’une remise aux normes imposée par l’Office de l’accueil de jour des enfants (ce dernier avait d’ailleurs retiré le permis d’exploiter après la chute de pierre). Ces exigences du Canton auraient, d’après la Municipalité, engendré une perte de surface pour l’accueil et donc une augmentation des charges pour le réseau.

«D’autres ingénieurs civils (ndlr: Jacques Ansermet l’étant aussi) ont prétendu que les travaux pouvaient se faire, rétorque Alain Gonthier. Il y a une divergence aussi sur l’interprétation du bail, sur la détermination des responsabilités entre les deux partenaires afin de savoir qui doit payer quoi. S’il y avait eu une volonté de maintenir ces places, il aurait pu y avoir un accord avec le propriétaire (ndlr: la Fondation Lichtensteiger).» Jacques Ansermet invoque au contraire un point de non-retour «au vu du refus du propriétaire de financer la mise aux normes des locaux», ce que la fondation dément avec fermeté (lire l’encadré).

Créé: 02.10.2019, 19h21

Trois actions devant le préfet et la justice

La Municipalité s’est résolue à fermer les Petits Pois «au vu du refus du propriétaire de financer la mise aux normes des locaux». Une allégation qui a fait bondir Franco Cortolezzis, représentant de la Fondation Lichtensteiger. Ce dernier s’est ensuite ravisé: «La Municipalité a dit sa vérité au Conseil communal et la fondation n’entend pas la commenter.» Sa position est toutefois connue et tient dans une phrase du bail: «Il incombe au locataire, à ses frais, de respecter l’ensemble des dispositions légales relatives à l’aménagement ou à la transformation des locaux.» Pour Manon Fawer, cheffe de service de la Direction de la jeunesse, de l’éducation, de la famille et des sports (DJEFS), «nous nous trouvons dans le cas d’une affectation particulière, celle d’une garderie louée à ce titre». Un mensonge selon le propriétaire. Mais encore: ce dernier jure que des propositions d’effectuer les travaux – estimés à 350'000 fr. pour la seule remise aux normes – ont été faites. Manon Fawer invoque des délais impossibles à tenir et des appels à négocier restés sans réponse. Le rapport de confiance est clairement rompu. Les réponses arriveront de trois actions pendantes. Deux, devant la Commission de conciliation, portent sur la résiliation jugée abusive du bail courant jusqu’en 2030. Le propriétaire réclame 1,21 million de francs à la Ville, soit les loyers dus jusqu’à l’échéance, plus des frais. La troisième est traitée par la Cour cantonale de droit administratif et public. Le propriétaire conteste le retrait du permis d’habiter signifié par la Ville à la suite d’un rapport de la Commission de salubrité.

Articles en relation

Vevey a résilié le bail de la garderie des Petits Pois

Accueil de jour Après la chute d’une pierre en février, le Canton exige une remise aux normes. Trop long et coûteux, juge la Ville. Plus...

Les enfants des Petits Pois dispatchés dans trois lieux

Vevey La soixantaine d’enfants privés de son lieu d’accueil pour raison de sécurité migrera dès lundi dans d’autres structures. Plus...

Toujours à risque, la garderie restera fermée

Vevey Après la chute d’une grosse pierre mercredi, des travaux importants sont nécessaires aux Petits Pois. Mais qui paiera? D’ici-là, personnel et enfants auront un nouveau toit dès lundi. Plus...

Une chute de pierre sème l’émoi dans une garderie

Vevey Très grosse frayeur ce jeudi après qu'une «pierre massive» de 3-4 kilos a traversé un plafond. Il n’y a pas de blessé. Les lieux sont fermés. Des solutions de rechange sont à l’étude. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 23 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...