Le Pays-d’Enhaut trace ses pistes pour l’avenir du ski

Remontées mécaniquesLes autorités des trois villages ont redessiné ensemble la carte de la glisse dans la vallée. But: mieux cibler les investissements.

Déjà doté d’installations et d’enneigement mécanique, le jardin des neiges En Glacière à Château-d’Oex va s’étoffer

Déjà doté d’installations et d’enneigement mécanique, le jardin des neiges En Glacière à Château-d’Oex va s’étoffer Image: Chantal Dervey/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Du grand ski à la Videmanette, du ski familal à La Lécherette, un parc d’apprentissage «En Glacière» à Château-d’Œx, du ski de randonnée aux Monts-Chevreuils et des activités de tourisme doux mais sans installations mécaniques à la Braye: voilà à quoi ressemble désormais la carte de la glisse et des sites touristiques montagneux du Pays-d’Enhaut. Avec partout des possibilités d’activités sur quatre saisons. Cette vision présente la région comme un seul domaine, au lieu de montagnes distinctes réparties sur trois villages aux intérêts parfois concurrents.

Tout un symbole que cette vision d’ensemble dans une vallée où les identités et intérêts locaux très forts ont valu des décennies de dissensions quant aux priorités dans les investissements touristiques, cristallisés autour des remontées mécaniques.

Ce consensus est le fruit de longues discussions menées par les trois syndics de décembre à mai au sein d’une commission intermunicipalités. «Pour obtenir de l’aide du Canton, le prérequis indispensable est désormais de parler au nom de la région, contextualise le syndic de Rossinière, Jean-Pierre Neff. Il fallait crever l’abcès de la déception d’Alpes vaudoises 2020 (ndlr. le projet de réhabilitation des Monts-Chevreuils, porté par le Pays-d’Enhaut avait été recalé par le Canton). C’était devenu frustrant que chacun parte dans son coin avec ses petits problèmes, il nous fallait une ligne directrice partagée pour aller de l’avant.»

Plus forts ensemble

Un rapport finale est en cours de rédaction. Mais à quoi va-t-il servir? «C’est une sorte de plan directeur qui définit les endroits où l’on va maintenir des installations et ceux où il restera des activités de montagne sans infrastructures, précise François Margot, conseiller régional de Pays-d’Enhaut région, qui a accompagné les échanges. Il va permettre de développer les projets touristiques en sachant comment répartir des moyens qui ne sont pas extensibles.» Ces travaux auront aussi eu le mérite de retendre les liens entre les trois Communes, note le syndic de Rougemont André Reichenbach: «Nous serons plus forts si toute la région s’adresse d’une seule voix à nos partenaires, que ce soit la communauté d’intérêts touristiques des Alpes vaudoises ou Bergbahnen Destination Gstaad (ndlr. société exploitant La Videmanette à Rougemont).»

Premier chantier concret à découler de cette remise en question générale, l’aménagement d’un parc ludique d’apprentissage du ski au bas du village de Château-d’Œx se prépare. S’il y existe déjà un jardin des neiges doté d’enneigement mécanique, il pourrait grandir et s’étoffer d’activités quatre saisons. «Un groupe de travail est constitué pour que cela démarre déjà l’hiver prochain», précise Charles André Ramseier, syndic de Château-d’Œx.

Signal fort: les trois Municipalités in corpore ont adhéré aux conclusions, une adhésion essentielle pour convaincre à son tour une population divisée par les choix cruciaux d’une époque charnière. Signal tout aussi fort: les autorités des trois villages n’entendent pas en rester là et la démarche se prolonge avec le passage en revue des équipements sportifs et culturels, patinoire, parc des Sports, piscine, camping, cinéma, etc. Avec déjà dans l’air, le parfum d’une gestion unique…

Créé: 09.06.2017, 16h49

La Braye n'a pas été sacrifiée par la région

Ce n’est pas cette commission intermunicipalités qui a scellé le sort de la Braye. La décision de couper les vivres à la société maintenue de longue date sous perfusion par Château-d’Œx a été prise indépendamment par sa Municipalité pour des questions financières. Mais les besoins répétés de ce domaine en ressources et la perspective de devoir y réinvestir des sommes prélevées dans le pot commun régional ont lancé et alimenté la réflexion régionale. Le soupçon s’exprime aussi dans la population que Rougemont ait pesé lourd dans les échanges pour défendre l’installation de la Videmanette au détriment de la Braye. Le conseiller régional François Margot rétorque: «fake news! L’installation de la Videmanette est assainie, elle est quasi neuve, il était logique qu’elle soit soutenue comme l’articulation entre les Alpes vaudoises et les Alpes bernoises.»

Articles en relation

Des irréductibles jouent l’ultime chance de la Braye

Château-d'Oex Certains veulent encore croire à la réhabilitation du domaine skiable et quêtent 100% de fonds privés. Plus...

Rougemont paie le prix fort pour sauver son ski

Remontées mécaniques Endettée, la société à la tête de la Videmanette joue son destin cette semaine. L’effort demandé à la Commune est lourd. Plus...

Groggy, Château-d’Œx doit réfléchir à l’après-ski

Alpes vaudoises 2020 La station pourrait devenir la première à vendre du ski… chez ses voisins. Un virage douloureux se profile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.