Passer au contenu principal

A peine engagée, la cheffe de l’Office du tourisme est virée

La directrice doit faire ses valises après quatre mois. Des motifs économiques sont invoqués.

Elisa Strecke, 34 ans, avait été engagée pour profiler la station vers un tourisme durable
Elisa Strecke, 34 ans, avait été engagée pour profiler la station vers un tourisme durable
LDD

«Nous avons mis un terme cette semaine au contrat d’Elisa Strecke pour des raisons économiques.» C’est par ces lignes que le comité de l’Association Porte des Alpes a annoncé à ses membres la séparation abrupte avec la directrice de l’Office du tourisme des Diablerets. Elle venait pourtant de voir son contrat prolongé au terme des trois mois d’essai. Membre du comité directeur et municipal du Tourisme, Eric Liechti précise d’emblée: «Mme Strecke n’est absolument pas responsable de cette situation, son bilan – même si quatre mois c’est un peu court pour un bilan – n’est pas en cause. Mais la situation nécessitait des mesures urgentes qu’on a malheureusement dû prendre. Nous n’avons pas la capacité financière d’avoir un cadre à la tête de cet office.» Aucune information n’est livrée pour l’heure sur la nature du revers financier.

«J’ai découvert la situation financière au premier jour de mon engagement»

«Choquée et déçue» par cette décision qui lui est tombée dessus il y a une semaine, la principale intéressée n’en est pas à sa première déconvenue dans les Alpes vaudoises: «Le jour où je suis entrée en fonctions, j’ai appris que le président qui m’avait engagée et pour lequel j’avais pris ce poste, Claude Paschoud, donnait sa démission. Et j’ai découvert la situation financière. Nous n'en avions pas discuté avant la signature de mon contrat.»

Engagée avec l’objectif de développer une vision durable du tourisme quatre saisons dans la station, la titulaire d’un CV mêlant finance, économie et tourisme à l’international n’aura pas eu le temps de déployer le moindre projet concret. «J’avais proposé des plans d’action et des stratégies pour essayer de sortir de cette situation financière et beaucoup travaillé pour qu’à la fin de cette année je puisse réaliser ce pour quoi j’avais été engagée», regrette-t-elle. Ses pistes n’ont-elles pas convaincu? Elisa Strecke ne souhaite pas polémiquer mais ne se gêne pas d’affirmer que l’office «avait grand besoin d’une vision. Il y a des soucis extérieurs qui pèsent sur la vie de la station, le manque de neige et le franc fort. Pour y faire face, il faut réagir très vite, de manière très professionnelle, et ce n’était pas le cas.»

Réorganisation en cours

Financé à 80% par la Commune d’Ormont-Dessus, le reste provenant de cotisations et d’opérations commerciales, l’Office du tourisme va continuer avec ses six collaborateurs actuels, tous n’étant pas à plein-temps. Une réorganisation est en cours. «Nous devons mettre en place des processus de travail qui permettent d’éviter à l’avenir cette situation», conclut Eric Liechti .

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.