Une pétition veut dévier le bus vers la route du lac

VilleneuveLa fronde se poursuit pour éviter de prolonger la ligne 201 des VMCV de la rue des Remparts au futur hôpital de Rennaz.

Le terminus du bus 201 se trouve près de la gare de Villeneuve. A l'été 2019, la ligne sera prolongée jusqu'à l'hôpital de Rennaz.

Le terminus du bus 201 se trouve près de la gare de Villeneuve. A l'été 2019, la ligne sera prolongée jusqu'à l'hôpital de Rennaz. Image: Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une pétition vient d’être lancée ces derniers jours. Elle demande que l’État enclenche un «plan B» à sa décision de prolonger la ligne 201 VMCV par la rue des Remparts, située au cœur de Villeneuve. Vendredi, plus de 370 citoyens l’avaient déjà signée. Pour mémoire, le Canton a pour mission de relier par transport public la gare CFF du bourg du Haut-Lac au futur hôpital valdo-valaisan en construction à Rennaz. L’enquête publique pour la nécessaire réfection de la rue des Remparts, diligentée par le Canton, a généré 230 oppositions.

Débat début février

Le lancement de la pétition fait suite à une question posée le 12 décembre au Grand Conseil par le député et président du Conseil communal villeneuvois, Aurélien Clerc. Il demandait quel serait le «plan B» en cas de refus par le corps délibérant du préavis fixant la part communale des travaux. «Le crédit porte sur 2,8 millions de francs, dont la plus importante part pour les services industriels souterrains et la mise en séparatif, absolument nécessaires pour la commune. C’est l’argument prépondérant», rappelle Corinne Ingold, syndique. Le solde sera dévolu au renforcement de la voie de la rue des Remparts, sachant que l’État en assume une autre partie (1,8 million). Le débat aura lieu début février.

La conseillère d’État Nuria Gorrite, en charge du dossier, a répondu au député Clerc: «Dans le cas d’un refus du préavis communal, il y aurait un «plan B». Soit un autre tracé qui emprunterait la route cantonale.» De l’eau au moulin pour les opposants. Sans remettre en cause la nécessité de prolonger la ligne, ces derniers ont donc rebondi sur la réponse ministérielle. Car, depuis le début, ils refusent que les bus se croisent dans la rue des Remparts, en raison de la largeur de l’artère, jugée trop étroite. Et aussi par souci de sécurité des piétons et des écoliers. Leur proposition? «Faire en effet passer le bus à l’aller par la route cantonale au bord du lac et au retour par la rue des Remparts. Ce qui ferait une boucle. C’est bien plus logique», résume Joachim von der Lahr, membre du comité pétitionnaire.

Oppositions levées

«La variante retenue, sur les huit étudiées, est de loin la meilleure, affirme Pierre-Yves Gruaz, chef de la Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR). Déjà car elle permet le transbordement direct des usagers de la gare au bus. Et une meilleure progression des bus aux heures de pointe. Le passage par la rue des Remparts offre une nouvelle desserte pour la population (ndlr: environ 1500 habitants) des quartiers Est de Villeneuve. La solution de repli de faire passer la ligne par la route cantonale implique la suppression d’un grand nombre de places de parc pour créer une voie de bus en site propre. Sans compter que cet axe est très fréquenté. Les cadences horaires du bus vont en souffrir.»

Si le Conseil communal venait donc à refuser le préavis municipal, il n’en reste pas moins que l’obligation du Canton d’assurer la liaison de Villeneuve à Rennaz ne saurait être remise en cause. «Cela implique de refaire entièrement un projet, le soumettre à enquête publique, avec le risque de recueillir d’autres oppositions», explique Pierre-Yves Gruaz. Dans ce cas, le prolongement de la ligne prendrait du retard. Et le temps presse car l’ouverture de l’hôpital unique est agendée à l’été 2019.

En décembre, l’État a levé les oppositions restantes (environ 70 sur 230), déposées à l’issue de l’enquête publique cantonale. Des recours auprès du Tribunal cantonal sont encore possibles. «Il y en aura», selon le Villeneuvois Charles Willen, qui envisage lui-même cette possibilité. «Dans ce cas-là, l’État demandera à la Cour de lever l’effet suspensif, avant qu’elle ne rende son arrêt sur le fond, pour que les travaux puissent débuter», conclut le chef de la DGMR. (24 heures)

Créé: 12.01.2018, 18h00

Articles en relation

La rue des Remparts de Villeneuve prochainement refaite

Infrastructures L’artère qui sillonne une partie du bourg accueillera les bus de ville, dont la ligne sera prolongée jusqu’à l’hôpital régional, à Rennaz. Plus...

Le bus VMCV passera bien par les «Remparts»

Transports publics Le tracé de la future ligne de bus entre la gare et Rennaz suscite des questions à Villeneuve. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des déchets plastiques dans le Léman. Paru le 18 avril 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...