Passer au contenu principal

Gitans à Muraz: «En les laissant agir ainsi, on les incite à revenir»

Les gens du voyage qui occupaient un champ de Muraz (VS) depuis une semaine ont laissé les lieux dans un état déplorable. Grosse colère

Derrière les épis brisés, l’odeur est proprement insoutenable. Le champ de maïs qui jouxtait le campement de caravanes a lui aussi fait les frais du passage des gitans: les excréments jonchent le sol. «Le maïs est foutu», gronde Simon Turin.

C’est sur le champ de cet agriculteur de Muraz (VS) que des gitans de France, d’Allemagne ou d’Italie sont venus célébrer un mariage samedi après-midi. Les gens du voyage ont levé le camp ce dimanche, en fin de matinée, comme ils l’avaient promis. En revanche, ils ont laissé le champ et ses abords dans un état pitoyable. Verres brisés, bidons d’huile, couverts en inox, papiers et emballages divers, bouteilles vides, cartons de pizza… Devant la grande cantine blanche louée pour l’occasion et sur laquelle flottent des drapeaux suisses, on trouve même un poisson rouge mort et une douille de fusil de chasse. L’herbe est piétinée, voire, en certains endroits, carrément labourée par les pneus de voitures. Et partout flottent des relents d’urine et de déjections.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.