La place du Marché prise entre deux feux

VeveyLe visage d'une agora avec 200 places de parc sur les 450 actuelles prend forme. De leur côté, les initiants pour un parking souterrain ont déposé plus de 3000 signatures.

La place telle qu'imaginée par le bureau lauréat, avec le parking de 200 places à l'ouest.

La place telle qu'imaginée par le bureau lauréat, avec le parking de 200 places à l'ouest. Image: Verzone Woods Architectes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une délégation du comité d'initiative (dont Patrick Bertschy, au centre, et Philippe Oertlé, à droite) a remis les plus de 3000 signatures à la syndique, Elina Leimgruber (à g.). PHOTO CHANTAL DERVEY

Une moitié de place ouverte de haut en bas. L’emblématique marché couvert de la Grenette et le bois d’Amour voisin valorisés. Des pavés au sol dans la descente au lac. Une plage permanente pour se prélasser. Et un parking de 200 cases concentré sur la partie ouest. Le concours en vue du réaménagement de la place du Marché de Vevey, chantier prévu à l’automne 2019 dans la foulée de la Fête des Vignerons, a rendu son verdict et ses premières esquisses, celles du bureau Verzone Woods Architectes, basé à Vevey, lauréat du mandat d’études parallèles lancé par la Ville.

Un budget de 10 millions de francs est prévu pour cette priorité de la législature. En 2016, le Conseil communal avait validé le concept d’un maintien de 200 des 450 places actuelles. «Le solde étant transféré dans un parking à construire derrière la gare», précise la syndique Verte, Elina Leimgruber.

La Grenette en «bâtiment-lanterne»

Pour Cristina Woods, du bureau d’architectes lauréat, apporter sa contribution à ce lieu «merveilleux» relève du coup de cœur, d’où la devise «d’amour et d’eau fraîche», soit du bois d’Amour jusqu’au lac. «La Grenette, qui est un bâtiment d’importance patrimoniale, sera illuminée de l’intérieur et mise en relation avec le bois d’Amour (ndlr: une zone piétonne les reliera). Le projet prévoit une plage pérenne, avec une bande de sable en retrait et un accès minéral moins pentu qu’actuellement jusqu’à l’eau.»

Depuis son bureau de Lyon, Emmanuel Jalbert, président du collège d’experts, salue un projet «qui offre différents sous-espaces», transforme la Grenette en «bâtiment-lanterne» et propose «un trapèze ouvert jusqu’à l’horizon». Avec une mention pour la réflexion menée sur les différents événements organisés sur la place – Fête des Vignerons, marchés, Foire de la Saint-Martin, Cirques Knie et Nock – et qui débouche sur une place «modulable».

Sus aux voitures

Encore faudra-t-il que ledit projet voie le jour. Car si les initiants en faveur d’un parking souterrain sous la place sont favorables à un réaménagement, ils ne veulent plus entendre parler de stationnement en surface. «Elle est bien jolie cette image de synthèse, mais on y voit une quarantaine de voitures dispersées alors qu’il y en aura 200 bien tassées, tranche Patrick Bertschy, ténor du PLR à Vevey et membre du comité d’initiative. Quant au parking qui absorberait les 250 autres places, pour l’instant c’est le néant!»

Les plus de 3000 signatures remises ce mercredi à Elina Leimgruber (25% du corps électoral) sont un signe clair. Pour rappel, 1891 étaient nécessaires. «Beaucoup de personnes vivant hors de Vevey et qui fréquentent assidûment la place auraient signé si elles l’avaient pu, ce qui montre qu’un parking souterrain est espéré au niveau d’une région», lance Philippe Oertlé, membre du comité et porte-parole.

Les initiants plaident pour un parking souterrain public-privé «avec un financement et une exploitation assurés par le privé, moyennant un droit de superficie accordé par la Ville contre rétribution», précise Philippe Oertlé. Qui ajoute: «Même si ce n’est pas notre rôle de trouver cet argent, nous avons tout de même pris des contacts et des investisseurs nous ont approchés, continue-t-il. Il y a un intérêt.»

45 000 fr. la place de parc

À combien s’élèverait le coût d’une telle construction? «D’après nos contacts, reprend Philippe Oertlé, il faut compter entre 40 000 et 50 000 francs par place pour que cela reste rentable (ndlr: environ 22,5 millions pour 500 places, 45 millions pour 1000). Le nombre de places d’un futur parking souterrain dépendra aussi de cela.»

Patrick Bertschy ajoute: «C’est exactement ce qui s’est fait ailleurs: Genève, Lausanne, Montreux, Yverdon. Pourquoi ne pourrions-nous pas? Et que l’on ne vienne pas nous dire que c’est techniquement impossible au bord du lac, les mêmes exemples montrent le contraire et une étude de faisabilité d’un premier projet en 2008 avait montré que c’était faisable.»

Formalité, les signatures devront être validées pour confirmer le seuil minimum de 1891 signatures valables. Le Conseil communal devra ensuite se prononcer sur un préavis municipal concernant le parking souterrain. Soit l’idée est validée par l’organe délibérant, ce qui équivaudrait à un désaveu de son propre vote d’il y a deux ans, soit les Veveysans voteront. Probablement à l’automne prochain.

(24 heures)

Créé: 14.02.2018, 15h55

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...