Passer au contenu principal

La première sénatrice du Valais a hâte d’en découdre

Mère au foyer et fière de l’être, la Chablaisienne Marianne Maret se réjouit de débattre au Conseil des États.

Marianne Maret: «Indubitablement, je qualifierais nos discussions en famille de toniques. Grand-maman était radicale. Papa, chef d’usine, plutôt de gauche. Et maman PDC.»
Marianne Maret: «Indubitablement, je qualifierais nos discussions en famille de toniques. Grand-maman était radicale. Papa, chef d’usine, plutôt de gauche. Et maman PDC.»
Christian Brun

D’une manière ou d’une autre, Marianne Maret devait entrer dans l’histoire du Valais lors de l’élection aux Conseil des États du 3 novembre. «Si j’étais tombée, ça aurait été une première puisque le double ticket PDC tient depuis 162 ans», lance la Chablaisienne devenue la première de son canton à accéder à la Chambre haute. De l’enfer au paradis, il n’y a parfois que quelques bulletins de vote. 1370 en l’occurrence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.