Le président de la Coges risque 3 ans de prison

Affaire GirardinGilles Perfetta est sous le coup d’une enquête administrative. A Vevey, son parti et d’autres élus montent au créneau pour le défendre.

«La loi accorde un pouvoir illimité d’investigation à la Coges, pour qu’elle exerce son pouvoir de surveillance», estime Gilles Perfetta

«La loi accorde un pouvoir illimité d’investigation à la Coges, pour qu’elle exerce son pouvoir de surveillance», estime Gilles Perfetta Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour savoir si l’argent de la Ville a correctement été utilisé, la Commission de gestion (Coges) du Conseil communal de Vevey a rendu en juin un rapport spécial, dans lequel elle a tenté de démêler ce qui s’est passé autour de Simplon 48. Ces bureaux, dont le bail est au nom de la Ville, ont été depuis l’automne 2015 occupés par Operation Project, société du municipal socialiste Lionel Girardin, actuellement sous le coup d’une enquête pénale.

Certains élus ont accusé la Coges d’être allée au-delà de ses prérogatives. Conséquence: dans une lettre du 19 juillet, le préfet a informé le président de la Coges, Gilles Perfetta, qu’une enquête administrative est ouverte contre lui, pour déterminer si le secret de fonction a été violé par le rapport de la Coges.

«La démocratie est en train d’être bafouée. Il s’agit de manières d’une république bananière!»

Que risque-t-il? «Jusqu’à 3 ans de prison», a révélé l’intéressé jeudi. Son parti, Décroissance-Alternatives (DA), a en effet convoqué la presse pour défendre non seulement son membre, mais au-delà le principe même de la transparence. Sont également montées au créneau deux autres membres de la Coges, Marie Moya (Les Verts) et Norma Riesen (UDC). Cette dernière a estimé: «La démocratie est en train d’être bafouée. Il s’agit de manières d’une république bananière! Je voulais témoigner et soutenir Gilles Perfetta, dont j’admire la patience et le sérieux, malgré les difficultés et les pressions auxquelles nous avons dû faire face.»

«Lorsque le greffe ou d’autres instances ont remis en doute notre droit à examiner certains documents, des membres de la Coges ont commencé à se poser des questions sur leur légitimité, ce qui crée un climat d’autocensure»

En réponse à l’enquête du préfet, ces élus ont voulu rendre publics ce qu’ils qualifient de «bâtons dans les roues» dans l’exercice du travail de la Coges, entre autres des lenteurs pour obtenir des documents et des horaires limités pour lire des dossiers. «Pour chaque élément important, il a fallu batailler», affirme Marie Moya. «Pourtant, la loi accorde un pouvoir illimité d’investigation à la Coges, pour qu’elle exerce son pouvoir de surveillance, estime Gilles Perfetta. C’est insidieux: lorsque le greffe ou d’autres instances ont remis en doute notre droit à examiner certains documents, des membres de la Coges ont commencé à se poser des questions sur leur légitimité, ce qui crée un climat d’autocensure.»

Le député Yvan Luccarini (DA) a annoncé qu’il déposerait mardi une interpellation au Grand Conseil. «La nouvelle Constitution de 2003 a mis en place un changement de paradigme en érigeant comme règle générale la transparence des actes de l’administration, sauf exceptions. Nous voulons que le Conseil d’État réaffirme ces principes, qui doivent être appliqués. Ce ne sont pas seulement les commissions de surveillance comme la Coges qui doivent avoir droit à la transparence, mais également chaque citoyen.» (24 heures)

Créé: 30.08.2018, 17h58

Articles en relation

Sur Insta, Lionel Girardin donne de ses nouvelles

Politique Le municipal PS, en arrêt depuis quatre mois, a révélé qu’il écrit ses Mémoires. Et se balade avec ses Playmobil. Plus...

Le débat a eu lieu sur les «errances» de 2017

Vevey Des élus ont demandé en vain le huis-clos sur les discussions autour des dysfonctionnements de l'administration et l'affaire Girardin. Les échanges ont toutefois accouché d'une souris. Plus...

L'affaire Girardin égratigne la Municipalité et des chefs de Service

Vevey La Commission de gestion a relevé une série de dysfonctionnements. Plus...

Huis clos au Conseil pour parler de l’affaire Girardin?

Vevey Les caméras pourraient être coupées et la presse expulsée quand sera discuté le rapport de gestion jeudi. Très rare. Plus...

Le salaire de Lionel Girardin fait perdre son latin au Conseil d'État

Vevey Le débat s’ouvre sur le versement du salaire du municipal PS suspendu, tandis que son remplaçant, Michel Renaud, prend ses marques à l’Exécutif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...