Christian Constantin s’offre le Grand Hôtel du Signal à Puidoux

ImmobilierEnlisé depuis plusieurs années, un ambitieux projet hôtelier devrait bientôt être remis sur les rails.

Le chantier à l'abandon: une image de désolation qui devrait bientôt faire partie du passé.

Le chantier à l'abandon: une image de désolation qui devrait bientôt faire partie du passé. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un chantier fantôme autour duquel ont longuement valsé propriétaires, promoteurs et architectes. Un chantier qui domine le Léman, à la vue somptueuse, là où s’élevait l’Hôtel du Signal, construit en 1862 le long de la route qui relie Chexbres à Puidoux, et détruit en 2008.

Désormais, depuis la signature d’un accord le 14 novembre, c’est le promoteur immobilier Christian Constantin, inénarrable patron du FC Sion, qui va présider aux destinées des lieux qu’il vient de racheter au propriétaire précédent, un industriel suisse d’origine française viscéralement attaché au plus strict anonymat. Christian Constantin qui, au sujet du prix payé, nous sert d’emblée l’une de ses formules préférées – «je n’ai pas la mémoire des chiffres» – va donc entreprendre la construction, dès le printemps 2015, d’un bâtiment comprenant plusieurs dizaines de résidences de grand standing avec services hôteliers.

«Le permis de construire qui accompagne le bien définit le contenant, précise-t-il. Au sujet du contenu, je suis encore en train de réfléchir, avec un partenaire et ami vaudois, à un concept particulier, voire unique, que je dévoilerai quand nous aurons signé.» Racheté en 2006 par l’industriel d’origine française à Yves de Gunten, dernier exploitant d’un hôtel propriété de sa famille depuis huitante ans, le chantier du Grand Hôtel du Signal n’a jamais vraiment démarré. A l’origine, le bâtiment principal devait être conservé, avant que l’on découvre que son état de vétusté avancé exigeait qu’on le démolisse. La naissance du Signal Palace était alors annoncée pour 2013. Grâce à un investissement de plus de 70 millions, le nouvel établissement devait compter trente suites, une bonne dizaine de résidences avec services hôteliers, un espace bien-être de 500 m2, une piscine et un restaurant haut de gamme.

Fin 2011, après la démolition du bâtiment principal, le chantier s’arrête pour ne plus jamais vraiment repartir. Le propriétaire, dont la famille souhaite toujours s’installer dans l’une des résidences, endure d’importants problèmes de santé et la crise impose que le projet soit repensé. Le promoteur Thomas Bindschedler – connu pour avoir vendu sa maison de Vufflens-le-Château à Michael Schumacher – devient le nouvel homme fort de l’entreprise, dont le budget passe de 70 à 100 millions. L’ouverture de l’hôtel est alors prévue en 2014. En 2013, l’aventure tourne court. Le chantier n’a pas avancé d’un pouce et Thomas Bindschedler doit se résigner à passer la main: «La crise dans l’immobilier de luxe et la hausse du prix des actions de la société Domaine du Signal SA me contraignent à renoncer», nous déclare-t-il alors.

Une étoile perdue

Représenté par l’avocat François Chaudet, l’actionnaire principal, celui-là même qui a racheté l’hôtel à Yves de Gunten, doit donc trouver de nouveaux partenaires. Dans l’intervalle, alors que la Commune de Puidoux a obtenu la réouverture de la route qui la relie à Chexbres en traversant le chantier, il est question que le cinq-étoiles à venir en perde une: «Le marché de l’hôtellerie s’est modifié, les gens dépensent moins», explique François Chaudet au début de cette année. L’avocat, qui se dit néanmoins optimiste quant aux négociations en cours avec des investisseurs potentiels, affirme dans la foulée que les travaux pourraient reprendre avant fin juin.

Cinq mois plus tard, alors que rien n’a bougé sur la crête située entre la plaine du Verney et le Dézaley, Christian Constantin s’empare du projet. Et promet plusieurs bonnes surprises pour le printemps 2015.

Créé: 20.11.2014, 07h07

Articles en relation

Le Canton freine les élans de Christian Constantin

Clos de Chillon Pilotée par le promoteur valaisan, la construction de villas de grand luxe au bord du lac à Veytaux est toujours à l’arrêt. Plus...

Un projet immobilier d’envergure au Bouveret

PORT-VALAIS Christian Constantin projette la construction de trois immeubles pour un montant de 50 millions de francs. Une septantaine d’appartements serait ainsi créée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...