Quarante oppositions au collège de Gilamont

VeveyLa deuxième mise à l'enquête du projet bute sur les mêmes arguments: sécurité, circulation, parcage, volumes, coûts.

Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La mise à l’enquête de la deuxième version du collège de Gilamont s’est soldée par une quarantaine d’oppositions. Rebelote, elles émanent pour l’essentiel de riverains situés sur la partie ouest du futur établissement, sur la commune de Corsier. Pour rappel, le bâtiment à 66 millions, d’une capacité de 800 élèves, est prévu sur le terrain d’athlétisme de Copet III, à côté des terrains de foot et en bordure de la Veveyse.

Les opposants repartent à l’assaut après avoir obtenu gain de cause auprès de la Cour de droit administratif et public du canton de Vaud (CDAP) en 2016. La justice leur avait donné partiellement raison sur certains points, dont la sécurité en cas de crue pour les salles de gym partiellement sous le niveau du cours d’eau. Elle avait également regretté que les aménagements extérieurs (zone 30, arborisation, luminaires, places de parc, etc.) ne soient pas présentés.

Un bâtiment «disproportionné»

Les autorités ont cette fois livré l’entier du projet et apporté des compléments qu’ils jugent suffisants, sans toutefois modifier le bâtiment. Or, selon les opposants, ses dimensions - environ 60 m sur 70 - sont jugées «démesurées» et ne respecteraient pas le règlement en vigueur, vieux de plus de 60 ans, et qui limite la taille d'un édifice dans le secteur à 36 mètres sur 14. Les dérogations demandées sont donc jugées «inacceptables».

«Faux, rétorque Julien Cainne, chef de la Direction de l’urbanisme, de la mobilité et du développement durable, des articles autorisent en tout temps la Municipalité à modifier les règles en fonction du projet, si celui-ci est d’intérêt général.»

Paix sociale «menacée»

Les riverains contestent également la disparition du terrain d’athlétisme, très fréquenté par la jeunesse, «une atteinte à la paix sociale du quartier.» La syndique Elina Leimgruber fait au contraire valoir «un collège bien intégré» et ouvert à tous avec une bibliothèque, des salles de gym à disposition des sociétés locales et un préau de 4500 m2 aménagé en place publique.

Stationnement contesté

Autre problème: la hausse du trafic induite par les parents amenant leur enfant et les enseignants se rendant au travail. Les projections de la Municipalité, acceptables à son sens, ne changent rien aux vues des plus sceptiques.

Pas plus que le nombre de places de parc. La vingtaine de cases supplémentaires par rapport à la situation actuelle est jugée insuffisante. Les 90 autres, prévues le temps de certaines manifestations, ou les 210 à la Veyre lors d’événements exceptionnels, ne convainquent pas davantage.

L'Association Transports et Environnement, via sa section vaudoise, s'interroge pour sa part sur la création de nouvelles places de parc publiques, source de trafic supplémentaire et n'incitant pas à l'utilisation des transports en commun. Elle demande également que l'estimation maximale de places de stationnement pour les vélos soit prise en compte (580 pour un collège au maximum de sa capacité).

Risque de crue?

Sur la question des crues, la CDAP avait considéré que le scénario catastrophe ultime n’avait pas été étudié. C’est chose faite: une crue millénaire, avec des débits quatre fois supérieurs au record de 2015, ne mettrait nullement en danger les occupants du collège, selon une étude commandée par les autorités. Pour les opposants, une salle de gym sous le niveau de l’eau reste une aberration.

Les moyens de ses ambitions?

Enfin, certains d’entre eux doutent de la capacité de Vevey à mener à bien son projet au vu des finances en souffrance de la Ville. Les aménagements extérieurs à l’avenue des Crosets et au quai de Copet, seraient notamment trop ambitieux. «Des aménagements qui ne sont même pas chiffrés», reproche un riverain.

Le montant en question doit en outre être avalisé par le Conseil communal. Les 66 millions pour le bâtiment et le préau ont pour leur part déjà été validés. «Les estimations concernant les aménagements extérieurs restent à faire, confirme Claude Lehrian, chef de la Direction de l’architecture, des infrastructures et de l’énergie à Vevey, mais 5,5 millions de francs sont d’ores et déjà inscrits au plan des investissements 2016.» (24 heures)

Créé: 09.08.2017, 18h11

Articles en relation

Vevey repart à la conquête de son collège

Ecoles Recalé par la justice en 2016, le projet de Gilamont a été précisé et sera à l’enquête une seconde fois dès ce vendredi. Plus...

560 élèves veveysans iront en cours dans des pavillons de 2018 à 2020

Ecoles Au vu du déficit de place annoncé, la Ville ne peut plus attendre le futur collège de Gilamont et est contrainte d’opter pour du provisoire. Plus...

Le collège menacerait la «paix sociale» du quartier

Vevey Un collège à Gilamont remplacera le terrain de sport. Certains craignent l’oisiveté des jeunes. Les lieux sont pensés pour eux, objecte la Ville. Plus...

Vevey ne fera pas recours au TF pour son collège

Annonce La Ville réaffirme malgré tout vouloir réaliser son projet à 66 millions sur le site de Copet. Les opposants parlent d’obstination. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

L'affaire Harvey Weinstein, le célèbre producteur-harceleur de Hollywood, prend une dimension mondiale: des appels à «dénoncer les cochons» ont été lancés sur Twitter. La parole des femmes se libère.
(Image: Bénédicte) Plus...