Passer au contenu principal

Des réformés s’interrogent sur l’avenir du christianisme

Un groupe de protestants inaugurera une plate-forme de réflexion mercredi à Lausanne.

Sous nos latitudes (ici à Montreux), les églises se vident et les fidèles peinent à se renouveler, constate le comité à l'origine du mouvement Pertinence.
Sous nos latitudes (ici à Montreux), les églises se vident et les fidèles peinent à se renouveler, constate le comité à l'origine du mouvement Pertinence.
Vanessa Cardoso - A

«En Occident, on assiste à la fin d’un monde. Celle du régime de chrétienté, en pleine décomposition.» Ce constat est dressé par Jean-François Habermacher, théologien protestant et directeur de Cèdres Formation, qui regroupe des pasteurs vaudois et des formateurs d’adultes. Car les temples se vident, les fidèles vieillissent et les vocations ecclésiales s’essoufflent un peu. «Le temps où le christianisme était la boussole des consciences et des sociétés est révolu. Est-on entré dans un temps où il faut tourner la page du christianisme? A-t-il encore quelque chose à dire?» C’est pour répondre à ces questions que Jean-François Habermacher, épaulé par une petite dizaine de personnes de divers horizons (pasteurs, profs d’université, consultant), a imaginé et mis sur pied un mouvement tout neuf, baptisé Pertinence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.