En solitaire entre l'Alaska et la vallée de Joux

Les DiableretsNicolas Reymond passe six mois par an seul dans le Grand Nord. Le portrait de cet ermite solaire fait la clôture du Festival du film alpin.

Nicolas Reymond méprise les fusils de chasse et préfère cibler les animaux caméra au poing. Ses images sont aussi montrées dans le film de Mathieu Wenger.

Nicolas Reymond méprise les fusils de chasse et préfère cibler les animaux caméra au poing. Ses images sont aussi montrées dans le film de Mathieu Wenger. Image: MATHIEU WENGER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Quand le Grand Nord vous prend, il ne vous lâche plus.» Qu’est-ce qui pousse un homme à passer six mois par an dans une cabane, seul au fin fond de l’Alaska? La réponse de Nicolas Reymond est là, toute simple. Ce natif de la vallée de Joux est au centre du documentaire projeté samedi en clôture du Festival international du film alpin des Diablerets (FIFAD). On y découvre une personnalité attachante et rare, guide montagne, rêveur solitaire et fustier de son état.

Un fustier, c’est quoi? Cette question suffit à faire jaillir l’étincelle dans un regard qui, assurément, a l’allumage facile. Le film du réalisateur Mathieu Wenger s’appelle Passion Alaska, et résume bien ce qui anime Nicolas Reymond. Une fascination qui trouve ses origines il y a 35 ans, lorsque le jeune charpentier découvre cette contrée sauvage. «Ça a été le coup de foudre!» Et surtout, la rencontre qui a changé sa vie, lui faisant découvrir la construction de cabanes en rondins, savant assemblage de poutres qui est au cœur du savoir-faire du fustier. «Ça a été un déclic. C’était ce que je voulais faire», se souvient-il.

Difficile, pourtant, de s’établir aux Etats-Unis. Les fustiers, ce n’est pas ce qui manque et les permis de travail ne tombent pas du ciel. Nicolas Reymond se fait donc expert de cette technique en Suisse et entame avec l’Alaska une liaison faite d’allers-retours. Une longue quête commence: quinze ans pour trouver un terrain où construire sa propre cabane de rondins et vivre là-bas l’existence qui est faite pour lui.

Dans Passion Alaska, c’est le directeur du FIFAD, Jean-Philippe Rapp, qui coiffe la casquette du journaliste pour débusquer Nicolas Reymond dans son univers. Pour s’y rendre, un train hebdomadaire laisse le visiteur au milieu de la forêt, avec plusieurs heures de marche devant lui avant d’atteindre son but. Dans ce paradis boréal, il raconte le travail colossal d’un homme pour bâtir, seul ou presque, la cabane qui est son refuge depuis un peu plus de dix ans maintenant.

Nicolas Reymond fuit-il la civilisation? Solaire, passionné, chaleureux, il le dément avec la moitié de son âme. L’autre moitié, peut-être la meilleure, rêve d’autre chose qu’une existence trop loin de la nature, pas assez proche de l’essentiel, même dans sa belle vallée de Joux: «Revenir me ramène à une vie totalement différente, absolument structurée. On n’a pas le droit de flancher, flâner ou ralentir. Ou alors on peut, mais on ne va pas loin.»

Sur la pellicule, les flâneries de cet ermite nous emmènent au cœur d’une nature époustouflante, où les rois sont les ours, les élans et les caribous. C’est pour eux qu’il s’est laissé convaincre de sortir de sa réserve. Pour donner l’alerte: «Désormais, même un espace sauvage comme celui-là subit une pression énorme de la part des hommes.» En quelques décennies, l’appétit des touristes et des chasseurs a été dopé par les avancées technologiques. Et tout récemment, la législation locale a réintroduit la chasse aux grands prédateurs. «Avec leurs motoneiges surpuissantes, les trappeurs du dimanche peuvent aller partout et tirer sur tout ce qui bouge. Ils ne viennent que pour tuer», s’alarme-t-il.

Si Nicolas Reymond a jamais visé un ours, c’est avec l’objectif de sa propre caméra. Ses images sont d’ailleurs reprises dans le film et sont l’ode d’un pionnier habité d’un profond respect pour les animaux. Il en appelle aux hommes pour qu’ils n’oublient jamais qu’ils ont leur place dans la nature, mais qu’ils n’en sont pas les maîtres.

Passion Alaska, Sa à 14 h à la Maison des Congrès des Diablerets (24 heures)

Créé: 10.08.2017, 16h58

Quand les femmes s’emparent de la montagne

Le FIFAD déroule le tapis rouge à deux femmes ce vendredi. On ne présente plus la freerideuse Géraldine Fasnacht, qui fera une démonstration de wingsuit en début d’après-midi. L’événement sera suivi de la projection de 4634 – Perception – The Mountain Within, qui l’accompagne au sommet du Mont-Rose. Dans la foulée, le public découvrira aussi une autre dame de la montagne, l’alpiniste romande Sophie Lavaud, à travers K2: Une journée particulière. Loin de chausser des lunettes roses, le documentaire de François Damilano, capte la difficile ascension de ce pic de 8611 mètres situé sur la frontière sino-pakistanaise. Une expédition d’une quarantaine de jours qui fait comprendre les efforts intenses nécessaires pour se rapprocher d’un sommet rangé parmi les plus redoutables du monde. Pour Sophie Lavaud, la patience et l’abnégation sont les deux qualités indispensables à l’accomplissement de sa passion. C’est bien ce que montre le documentaire qui l’accompagne à la conquête du K2, sans fard et avec humanité.

Vendredi 11 août Démonstration de wingsuit à 13 h 30. Projection des films dès 14 h à la Maison des Congrès

Articles en relation

Le Festival du film alpin se rapproche des pôles

Les Diablerets Le FIFAD a mis à l’honneur l’aventure scientifique avec des images et récits issus de l’expédition en Antarctique du Swiss Polar Institute. Plus...

La Patrouille des Glaciers loin des super-héros

Les Diablerets En ouverture du Festival du film alpin, Encordés casse les clichés de la mythique course de montagne avec des personnages tout en fragilité. Plus...

Le Festival du film alpin met la focale sur l’humain

Diablerets Le FIFAD dévoile son programme et les 35 films en compétition pour sa 48e édition, du 5 au 12 août prochains. Plus...

Les Diablerets dans l’œil de ses derniers paysans

Documentaire Au Festival du film alpin, jeudi, un documentaire poétique sublime le destin de ceux qui cultivent encore la montagne, envers et contre tout. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...