Steve Duplan place Vaud sur la carte de la lutte suisse

OllonCouronné dimanche à la Fête fédérale de Zoug, le Boyard a été reçu avec émotion chez lui.

Le couronné Steve Duplan dans son village d’Ollon, entouré de son père Éric et de sa mère Sandra.

Le couronné Steve Duplan dans son village d’Ollon, entouré de son père Éric et de sa mère Sandra. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sandra Duplan garde précieusement les photos et les coupures de presse qui attestent du parcours de son fils. Champion vaudois puis romand, en 2011 et 2012, notamment: les titres se succèdent au fil des pages du classeur. Les clichés du week-end écoulé les rejoindront bientôt. Dimanche, Steve Duplan a fait son entrée parmi les géants de la lutte suisse en décrochant la troisième couronne vaudoise de l’histoire lors de la Fête fédérale de Zoug (lire l’encadré). À 22 ans, l’habitant d’Ollon termine au 8e rang national. Il obtient le meilleur score romand, devant deux Fribourgeois. Sur les 44 couronnes attribuées aux 276 concurrents d’un sport archidominé par les Alémaniques, trois sont revenues à des Welsches.

Lundi, Steve Duplan a été reçu avec émotion à Ollon par sa famille, ses amis, les autorités boyardes et aiglonnes et le conseiller d’État Philippe Leuba. Attablée dans le caveau d’Harald Cropt, entraîneur de Steve, la mère du couronné avoue peiner encore à se rendre compte de l’exploit de son fils. Ancien champion vaudois junior d’athlétisme, ce dernier s’est mis à la lutte à la culotte «grâce ou à cause» de sa mère. «J’ai assisté à la Fête fédérale d’Aarau en 2007. En rentrant, je lui ai conseillé d’aller essayer au Club des lutteurs d’Aigle.»

Sandra Duplan raconte l’inquiétude qui l’a minée jusqu’à la libération, lorsque Steve a remporté la passe décisive. Harald Cropt l’a immortalisée sur son téléphone portable: quelques prises rapides, l’image qui se brouille lorsque le coach saute de joie, un juron lâché dans les gradins…

Colosse sous hypnose

Victime de blessures successives aux ligaments croisés des deux genoux et de problèmes osseux ces deux dernières années, le Boyard ne partait pas gagnant. «Il n’a repris qu’en avril mais s’est donné à fond pour retrouver son niveau. Il était le Vaudois (ndlr: parmi huit concurrents en lice) qui avait le plus de chances de ramener une couronne», salue Jean-Christian Althaus, président du Club des lutteurs d’Aigle. «À voir ses résultats sur le reste de la saison, on pouvait parier sur une bonne performance, mais pas nécessairement sur une couronne, ajoute Harald Cropt. Mais Steve s’est donné les moyens d’y arriver: il s’est entraîné tous les jours, allait une fois par semaine à Berne pour se frotter aux meilleurs et hausser son niveau.»

Fort physiquement, le colosse l’était aussi psychiquement. Quand on l’interroge sur son week-end, le bûcheron de formation évoque la sérénité, l’absence de toute pression, dans un sport pourtant surmédiatisé outre-Sarine. Il en est convaincu: les séances d’hypnose qu’il a suivies avant sa performance sont pour beaucoup dans son succès. «Plus à l’aise dans un rond de sciure que pour les discours», «pas fait pour les mots», comme il le dit lui-même, Steve Duplan atterrit tout doucement. «C’est mon rêve le plus inaccessible qui se réalise.»

Créé: 26.08.2019, 21h35

Un honneur rare pour les Welsches

Une première depuis 55 ans? Depuis 121 ans? Depuis dimanche, le débat fait rage dans le milieu de la lutte vaudoise. Une certitude: la couronne remportée par Steve Duplan à Zoug est une récompense rare en terres romandes.

Il faut remonter à 2010 pour voir un Welsche, en l’occurrence le Fribourgeois Hans-Peter Pellet, obtenir cette distinction, à Frauenfeld. Les Fribourgeois raflent d’ailleurs presque systématiquement les couronnes romandes depuis plusieurs années.

«La dernière remportée par un représentant d’un autre canton romand date de 1986», signale Jean-Christian Althaus, président du Club des lutteurs d’Aigle. L’exploit d’un autre Chablaisien, le Collombeyroud Alain Bifrare.

Et les Vaudois dans tout ça? La dernière couronne remonterait à la Fédérale de Bienne en 1969 et a été remportée par… un Bâlois, Ruedi Lüscher. «Il concourrait pour Vevey mais est parti du canton de Vaud peu de temps après. Pas sûr que cette couronne soit vaudoise», analyse Harald Cropt, le coach de Steve Duplan.

Le sacre de Frédéric Bossy est en revanche indiscutable: en 1898, le Payernois devenait roi de la Fête, mais en partageant son titre avec le Bernois Christian Blaser.

Articles en relation

La lutte suisse décortiquée

Lutte suisse Comment se déroule un combat de lutteurs? Pour vous aidez à comprendre, voici quelques explications. Plus...

Entre démesure et tradition, la folie s’est emparée de Zoug pour la Fête fédérale

Lutte suisse Plus de 150'000 personnes se sont pressées dimanche pour assister au couronnement de Christian Stucki. Plus...

Chez les Mollet, on participe à la Fête fédérale de père en fils

Lutte suisse Ce week-end à Zoug, le Boyard Ivan Mollet suivra les pas de Thomas, son papa, lequel a vécu cinq fois cet honneur. Plus...

La Fête fédérale, c’est quoi?

Lutte suisse Du 23 au 25 août, à Zoug, a lieu la Fête fédérale de lutte. Nous vous expliquons en quelques points ce dont il s'agit. Plus...

La «Fédérale», ou le plus grand événement sportif suisse de l’année

Lutte suisse Impossible de trouver manifestation plus traditionnelle. La Fête fédérale de lutte, qui se déroule tous les trois ans, s’est néanmoins adaptée au temps qui passe. Ou comment ce qui était le passe-temps dominical préféré des paysans il y a plusieurs siècles, est devenu un business millionnaire. C’est ce week-end à Zoug. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.