«Syndique est le plus beau métier, après grand-mère»

Ormont-DessousLe 30 juin, Annie Oguey quittera la tête de l’exécutif. Bilan d’un mandat riche en dossiers majeurs.

Malgré un pincement au cœur, Annie Oguey regarde vers l'avenir et une retraite faite de voyages.

Malgré un pincement au cœur, Annie Oguey regarde vers l'avenir et une retraite faite de voyages. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On prête aux Ormonans un caractère opiniâtre, pour ne pas dire têtu. S’il est une habitante de la vallée qui l’illustre, c’est bien Annie Oguey. Celle qui a été la syndique d’Ormont-Dessous depuis 2001 après 14 ans de Municipalité a vécu un bras de fer de 25 ans face aux écologistes. Enjeu de cet interminable match? La protection des marais des Mosses et le futur touristique de cette station. Processus de fusion avec Ormont-Dessus, défense puis démantèlement du domaine skiable du Pic Chaussy, tournant touristique en faveur du ski nordique, création d’un collège intercommunal au Sépey… En 15 ans et trois mandats et demi, les dossiers d’ampleur n’ont pas manqué pour l’édile.

Quel est votre état d’esprit, à quelques semaines de votre départ?

Je suis passée par tous les états d’âme depuis que j’ai pris la décision de ne pas me représenter. Je me réjouis de ne plus avoir la contrainte d’un agenda, mais le pincement au cœur est là. J’ai de la chance d’avoir été syndique aussi longtemps. Je l’ai toujours dit: c’est le plus beau métier du monde, après celui de grand-mère.

Quel bilan tirez-vous de ces 15 années?

Je ne suis pas du genre à regarder vers le passé. Lorsqu’un problème est résolu, c’est derrière; je ne garde que les bons souvenirs. Je suis satisfaite de remettre à mes collègues une commune en bonne santé financière, malgré de gros investissements. Au cours des dernières législatures, nous avons redonné vie au Sépey en réaménageant le village et sa gare, nous avons développé l’Espace nordique aux Mosses, construit un collège intercommunal. Notre commune a retrouvé du dynamisme.

Vous avez vécu de longs combats, dont un sur la protection des marais des Mosses.

Ce dossier m’a suivi pendant 25 ans, soit presque depuis mon entrée à la Municipalité, en 1987. Là encore, je suis heureuse d’avoir pu trouver une solution et de ne pas avoir à le transmettre à mes collègues.

Vous n’avez jamais été tentée de jeter l’éponge?

Jamais. Mais j’ai dû apprendre la patience. Nous avons essayé d’être fermes au début mais ça n’a mené nulle part. Il a fallu trouver des solutions qui conviennent à tous les acteurs concernés et je crois que celle retenue est la meilleure. Certains habitants ont accusé la Municipalité d’avoir plié l’échine devant les écologistes. Ils n’ont pas forcément une vue complète de ce dossier.

«On ne fait pas ce métier pour recevoir des remerciements. Mais je l’ai été à chaque élection»

A l’inverse, est-ce qu’on vous a souvent remerciée, au fil des années?

On ne fait pas ce métier pour recevoir des remerciements. Mais je l’ai été à chaque élection: en 2011, il m’a manqué onze voix pour être réélue à l’unanimité. C’est la preuve que mon travail est apprécié.

Un autre combat mené face aux écologistes: celui du Pic Chaussy, finalement démantelé en 2009. Est-ce que cela reste un souvenir amer?

Oui très, bien plus que l’échec de la fusion avec Ormont-Dessus. On a tout essayé pour maintenir ce domaine skiable, sans succès. En 2009, j’ai dû défendre un crédit de 550 000 francs face au Conseil communal pour démanteler les installations. Mon souhait le plus cher était de rouvrir les installations; ça a été très difficile. Heureusement, en parallèle, nous avons pu développer l’Espace nordique et renouveler les installations des Dorchaux. Les choses ont été de l’avant sur Les Mosses. Ça a aidé à faire passer la pilule.

Il y a aussi eu quelques succès au cours de vos mandats.

J’ai fait le compte: j’ai défendu 180 préavis face au Conseil communal, dans mes différents dicastères. Tous ont été acceptés. Je suis surtout heureuse d’avoir pu construire notre collège intercommunal au Sépey. La fusion n’a pas abouti mais Ormont-Dessus a accepté de dépenser pour pouvoir construire cette école hors de son territoire, dans une réflexion régionale. Pour moi, c’est un signe fort.

A quoi va ressembler votre retraite?

Avec mon compagnon, nous possédons un camping-car. Nous allons partir sans avoir à nous fixer de date de retour. On va sans doute aller dans les Dolomites, dans les Alpes françaises.

Créé: 08.05.2016, 15h56

En dates

15 décembre 1950 Naissance à Lausanne.

1973 Naissance de sa première fille Isabelle

1976 Naissance de Sarah. Ses deux filles lui donneront trois petits-enfants

1987 Première élection à la Municipalité d’Ormont-Dessous.

2001 Le syndic Michel Tille est nommé préfet du district d’Aigle en cours de législature. Annie Oguey lui succède.

2007 A l’arrêt depuis une dizaine d’années, le domaine du Pic Chaussy est condamné. Il est démantelé deux ans plus tard.

2015 Deux gros dossiers aboutissent. Une solution
est trouvée pour la protection des marais et l’enneigement mécanique aux Mosses. Le collège intercommunal du Sépey est inauguré.

Articles en relation

C'est non à la fusion des deux Ormonts

Votation Dimanche, Ormont-Dessus a approuvé le projet. Mais sa voisine l'a balayé. Plus...

Le Sépey accueillera le futur collège des Ormonts

Ecoles Longtemps controversé, le site où sera construit l’établissement destiné à réunir les élèves du secondaire de la vallée a été désigné mercredi Plus...

Enlisé depuis vingt ans, le compromis impossible est sorti des marais

Plateau des Mosses-La Lécherette L'équilibre difficile entre activités humaines et site marécageux d'importance nationale est enfin trouvé. Le Plan cantonal 292A a été signé . Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...