Passer au contenu principal

Au Taiko, les produits de la mer prennent teinte et saveur asiatiques

L'ancien Omnia, longtemps fermé, a laissé sa place à un restaurant asiatique et marin, aux plats réussis.

Guanqiong Wang (à dr.) et Cécile Toussaint, serveuse.
Guanqiong Wang (à dr.) et Cécile Toussaint, serveuse.
Chantal Dervey

Le Taiko (tambour japonais) a ouvert à Villeneuve il y a un mois, sur les cendres de l’Omnia. L’ancienne enseigne avait longtemps défrayé la chronique par sa fermeture prolongée, jamais expliquée. De l’histoire désormais ancienne. L’établissement est géré par Guanqiong Wang, qui administre aussi l’hôtel-restaurant Rayon de Soleil aux Crosets (VS). Ici, elle a fait le pari d’une cuisine entièrement tournée vers les produits de la mer, à la sauce asiatique.

Taiko est situé au bord du quai de Villeneuve, à portée de pas de l’embarcadère CGN. Mention spéciale à la vue sur l’île de Peilz et les sommets. Le bâtiment, contemporain, est un cube massif de béton brut qu’adoucit la lumière provenant par les immenses baies vitrées. La nouvelle direction a opté pour un décor sobre et fonctionnel dans des teintes wenge, caramel, sable. Le service, discret, est à l’écoute. L’attente entre les plats est réduite à la portion congrue. Les prix sont attractifs.

Très fraîche en entrée, la salade de poulpes est relevée par une sauce à base de beurre de cacahuètes, d’herbes et de moutarde (7 fr.). Les crevettes panées (8 fr. 50) sont très légères. Taiko propose encore une salade d’algues, des pinces de crabe farcies, huîtres, bulots et autres Saint-Jacques. Pour la suite, vous avez le choix entre divers plateaux de fruits de mer dont le Royal à 100 francs, pour 3 à 4 convives. Sinon, sole et loup grillés de bonne taille sont à la carte, de même que les très originaux filets de perche Taiko, cuits dans un bouillon et bien relevés (32 fr.) Les plats sont agrémentés de riz parfumé avec petites crevettes et moules à l’intérieur. Mais, incontestablement, le bon plan du nouveau resto villeneuvois, c’est le homard grillé, relevé par une sauce qui allie soja et huître. Son prix? 38 fr. pour un beau bébé de 350 g. En dessert, que des glaces, mais des bonnes: celles de l’Artisan Glacier et ses parfums originaux (4 fr. la boule). La carte des vins est courte, faisant la part belle à la Suisse romande, notamment à Villeneuve. En cette période estivale, optez pour le rosé Flambarde de Maurice Gay (19 fr. le pot).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.