Le «Tinguely de la Riviera» fête ses 40 ans de carrière

Montreux Art GalleryCharles Morgan présente jusqu’à dimanche ses créations emblématiques. Certaines ont fait le tour du monde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ce que j’aime le plus? Me cacher derrière une œuvre et regarder le sourire des gens.» Charles Morgan a fait s’extasier plus d’un et pétiller les yeux de milliers de bambins devant ses vitrines enchantées! Pendant seize ans à la rue du Lac, à Vevey, ou depuis 2008 à la rue du Théâtre, les jeunes (et moins jeunes) posent leurs mains sur des détecteurs pour actionner ses sculptures cinétiques. La magie opère.

Dans le cadre de Montreux Art Gallery (MAG), Charles Morgan fête 40 ans de carrière et expose plus de 50 de ses œuvres. Certaines ont fait le tour du monde. Comme Switzerball (2005), qui a représenté la Suisse tant à Valence, pour la Coupe de l’America, qu’à Pékin ou sur la place du Palais-Royal, à Paris. «Propriété de Suisse Tourisme, elle était exceptionnellement libre et ils me l’ont prêtée.» Charles Morgan décrit son dispositif de 2000 kg avec l’enthousiasme farceur qui le caractérise. Une bille parcourt des représentations de la Suisse (monte en téléphérique, gravit une montagne, tourne dans un caquelon) dans une sorte de mouvement perpétuel.

«C’est ma pièce la plus complexe. J’ai créé un ordinateur pour la gérer. La bille parcourt 80 m en quatre minutes. Mais les gens restent souvent quinze minutes devant!» Au moment de son achat par Suisse Tourisme, Michel Ferla, directeur d’alors, précisait: «Notre précédente machine commandée à Morgan avait nécessité la fermeture d’une rue à Madrid tellement il y avait de monde pour la voir.»

Tinguely l'a fait rêver

Dans des musées à Chicago, à Singapour ou à Lucerne, dans des expos à Amsterdam, à Bruxelles ou à Tokyo, dans des banques du canton, beaucoup ont vu ses créations. Certains l’appellent le «Tinguely de la Riviera». «Un honneur! Je l’ai admiré. Devant son Eurêka, à l’Expo nationale de 1964, j’ai rêvé de faire de telles créations. J’aimais sa fantaisie, moins son côté macabre. Je l’ai connu au Montreux Jazz. Il racontait ses pontages cardiaques et qu’il se fichait de torturer le métal.»

La première sculpture de Charles Morgan sera mise aux enchères à MAG. «J’étais apprenti joaillier. Je l’ai faite pendant un congé suite à une opération des amygdales. Il y a une photo de moi avec une demi-moustache», rit-il. Les matières de récupération qu’il utilise – un fer à bricelet ou la roue d’un char de la Fête des Vignerons – ont-elles autant de valeur que les pierres qu’il façonnait jadis? «Je leur donne une deuxième vie. Je rends précieux ce que les gens jettent, même si on m’autorise de moins en moins à prendre des choses dans les déchetteries!» Alors, avec son entregent bonhomme et sa pointe d’accent British, le natif de Ronford troque du métal contre une bouteille dans les zones industrielles.

«Dédramatiser la technique»

Son but? «Distraire.» Mais ce cycliste frénétique ne dénonce-t-il pas un humain robotisé par le dopage? Et cette femme ne fait-elle pas référence à ses lointaines cousines poupées gonflables? «Il y a un aspect symbolique. Mais je veux avant tout démystifier et dédramatiser la technique.» En projet, une pièce pour le futur Musée Chaplin. «Ce serait l’œuvre de ma vie!»

«Charles Morgan: 40 ans de carrière, »MAG, jusqu’à dimanche. (24 heures)

Créé: 06.11.2014, 09h28

En dates

1951 Naît en banlieue londonienne.
1964 S’établit à Blonay, découvre Eurêka, de Jean Tinguely.
1984 Tourismusflipper, toujours au Musée suisse des transports.
1986 Jolyball, au Pavillon suisse de l’Exposition internationale de Vancouver. Aujourd’hui au Musée des sciences de Chicago.
1993 Recyclium, au Pavillon suisse de l’Exposition internationale de Daejeon (Corée), puis offerte
par la Suisse au Musée de la découverte de Singapour.
2005 Obtient la bourgeoisie de Jongny. Switzerball.
2008 Ouvre sa nouvelle galerie à Vevey, rue du Théâtre.

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...