Un tonneau de 2000 litres fabriqué en public samedi

VeveyTrois étapes de construction d’un fût sont présentées aux Marchés folkloriques. La barrique pourrait même abriter du vin officiel.

Entre les moments où il est travaillé, le vase est stocké 
à l’atelier Volet, à Saint-Légier.

Entre les moments où il est travaillé, le vase est stocké à l’atelier Volet, à Saint-Légier. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La scène va assurément impressionner: «Pour cette étape, nous allons réaliser le pliage à l’aide du feu et de l’eau.» Ce samedi, aux Marchés folkloriques de Vevey, les visiteurs pourront admirer – chose rare – la construction d’un tonneau en bois de 2000 litres. Une première étape de réalisation a déjà été montrée le 14 juillet dernier. Cette deuxième phase sera donc présentée ce samedi avant le dernier épisode, le 1er septembre, qui marquera la clôture des Marchés folkloriques.

Ce tonneau a été commandé par la société Obrist pour des «raisons historiques»: «Depuis 1977, nous avons pris l’habitude de faire produire et sculpter un tel vase spécialement en l’honneur de la Fête des Vignerons, explique Léonard Pfister, œnologue et responsable d’exploitation chez Obrist. Celui de 1977, de 5000 litres, est installé à notre Domaine Clos du Rocher, à Yvorne, tandis que celui de 1999, de 2000 litres, se trouve dans nos caves de Vevey. Nous les présentons lors de visites.» Pourquoi 2000 litres? Il n’y a pas de raison particulière: «C’est une décision de la société, selon nos besoins internes», détaille Léonard Pfister.

Même si la société Obrist produit le vin officiel de la Fête des Vignerons (avec la société Badoux) et est un grand pourvoyeur de surfaces de vignes inscrites auprès de la Confrérie des Vignerons, ce contenant n’est pour l’heure que symboliquement lié à la Fête. «La Maison Obrist s’offre ce tonneau, cela leur est propre et c’est une belle et louable démarche», souligne Daniel Dufaux, responsable de la Commission des vins de la Fête des Vignerons. Pourquoi ne pas en profiter pour y vinifier le blanc officiel de la manifestation? «Il est vrai qu’il serait assez sympa que sa première vinification soit pour du vin de la Fête, je vais en discuter avec eux», affirme Daniel Dufaux.

Il ne s’agirait là que d’une partie symbolique: la Confrérie prévoit en effet de générer plus de 200 000 litres, le tonneau ne pourrait donc en accueillir qu’un centième. D’autre part, une bonne partie du vin officiel a déjà été confectionnée et est prête à être commercialisée tout prochainement. Une autre partie du nectar sera mise en bouteilles dans quelques semaines et le tonneau pourrait ainsi accueillir la dernière salve de production.

Sinon, Obrist prévoit d’y vinifier des spécialités, type doral, pinot gris ou Dézaley sur lie.

Seul tonnelier en Romandie

Aux manettes pour donner vie au bois, le dernier tonnelier de Suisse romande, Franz Hüsler. Qui a choisi trois moments dans la fabrication pour instruire le public, mais qui ne représentent qu’une partie de son travail: réaliser un tonneau de 2000 litres lui prend en général 150 heures. «Y compris la sculpture. Celle-ci sera effectuée dès que le dessin officiel de la Fête des Vignerons sera connu.»

Confectionner un vase de 2000 litres est peu courant: «J’en réalise parfois un, parfois aucun par an. L’essentiel de ma production va de 3 à 20 litres.» Le métier est difficile en Suisse romande: «Ce n’est pas vivable, concède Franz Hüsler, alors qu’en Suisse alémanique, la masse de travail est plus grande car les tonneaux contiennent encore du vinaigre et du cidre.» Ajoutez à cela que «les plus vieux sont des grands-mères de 200 ans, on n’en change pas souvent!» Raison pour laquelle après avoir été indépendant, Franz Hüsler est depuis 1996 employé du groupe Volet, à Saint-Légier, «engagé comme n’importe quel directeur de production».

Commissaire des Marchés folkloriques, Jean-Louis Bolomey est ravi de ces démonstrations. «Le voir taper le bois avec un jeune de 17 ans, qu’il forme, est fabuleux.» Les marteaux sont effectivement omniprésents. «Nous sommes des méchants», sourit Franz Hüsler. (24 heures)

Créé: 16.08.2018, 08h03

Articles en relation

Le dernier tonnelier romand se cherche un successeur

Saint-Légier Franz Hüsler craint que son métier ne disparaisse de la région quand il prendra sa retraite. Il a prévu une action pour sensibiliser le milieu vitivinicole. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...