Une tour de Vevey envahie par des nuées de mouches

LitigeUn des deux bâtiments de Gilamont est la proie d’une invasion d’insectes. Les locataires sont remontés et veulent consigner les loyers.

C’est dans les étages les plus élevés, 13e et 14e, que les mouches des chaumes sont les plus nombreuses.

C’est dans les étages les plus élevés, 13e et 14e, que les mouches des chaumes sont les plus nombreuses. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«C’est infernal, on est envahi par des nuées de mouches depuis très longtemps. On ne peut même pas ouvrir les fenêtres de peur que les insectes ne colonisent nos appartements», s’offusque une locataire au 5e étage de la tour dite «blanche» de Gilamont (au n° 65 de l’avenue éponyme). C’est dans cet édifice de 14 étages au nord de la ville que des quantités importantes d’insectes volants, répondant au doux nom de mouche des chaumes, pullulent depuis plusieurs mois, empoisonnant le quotidien des habitants. Le problème est contenu à la tour «blanche», la «noire» étant épargnée. Blanche comme noire auraient été également ces dernières années la proie d’un autre nuisible hautement problématique: la redoutable et redoutée punaise de lit.

La Ville de Vevey est propriétaire de ces deux édifices emblématiques construits en 1967 et 1969, puis rénovés à grands frais en 2009. Les fresques qui les habillent ont été inaugurées en 2011. Elles retranscrivent la vie et l’œuvre de Charlie «Charlot» Chaplin. La gérance de ces biens communaux est assurée par Bernard Nicod SA.

Intervention sans effet

«Nous en voulons à la fois à la Commune et à la gérance. Certes, une première action a été entreprise en octobre par la gérance, reconnaît un habitant du 8e étage. Mais c’est comme un pansement sur une jambe de bois.» C’est l’entreprise spécialisée Jaquet à Vevey qui est intervenue. Le problème n’a pas été résolu, puisque ces chlorops prolifèrent de nouveau depuis plusieurs semaines. «Et ça se développe de plus en plus», assure un résident. À noter que ces mouches des chaumes s’épanouissent en nombre surtout dans les derniers étages de la tour. Pire, une personne du 13e étage fait état «de la présence importante de moucherons sur les vitres et les extérieurs depuis 2015 déjà». «Le problème est dû aux températures très clémentes depuis février. Les mouches des chaumes ne vivent pas longtemps mais pondent beaucoup. Ce peut être mille œufs par jour et par individu. Mais elles ne sont pas dangereuses pour l’homme». révèle le désinfecteur Alain Jaquet.

Las! Les locataires considèrent le problème comme une «inaction» de la régie immobilière. «Nous regrettons au plus haut point les inconvénients actuels. C’est la première fois en 40 ans que nous sommes confrontés à un problème tel que celui-ci. Nous avons fait tout ce qui est en notre pouvoir pour faire avancer ce dossier», déclare-t-on chez Bernard Nicod.

«Nous sommes désolés»

Malgré tout, une cinquantaine de résidents, solidaires et déterminés, se sont réunis pour faire bouger les choses. «Nous avons décidé de rédiger une lettre commune pour alerter vraiment encore une fois la régie pour qu’elle agisse de manière urgente et définitive.» Cette lettre a été envoyée à la succursale veveysanne de Bernard Nicod le 5 mars. «Nous n’avons reçu aucune réponse. Et nous n’avons de surcroît pas vu d’entreprise venir détruire les nids d’insectes depuis», affirment les locataires.

Ils ont donc rédigé une missive adressée à la préfecture de la Riviera/Pays-d’Enhaut, avec copie à la section locale de l’Asloca. Ils préviennent le préfet qu’en date du 1er avril, ils consigneront leur loyer. «Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous procédons ainsi, croyez-le. Mais face au mur de silence qui s’est érigé devant notre problème, nous pensons que c’est à ce jour le seul moyen de le régler», annonce notre interlocutrice du 5e. Du côté de la régie immobilière, on assure pourtant que «le propriétaire et la gérance n’ignorent absolument pas les revendications des locataires, bien au contraire. Plusieurs séances ont été organisées avec des spécialistes pour planifier diverses interventions.»

La Commune propriétaire est fort marrie de cet incident: «Nous sommes conscients du désagrément vécu par les locataires de la tour et nous en sommes bien entendu désolés. Il semble qu’en effet le problème, qui a donc été traité en son temps avec la gérance et l’entreprise Jaquet, soit revenu à cause de la propagation des insectes sous des plaques d’isolation», déclare Stéphanie Zufferey. La cheffe de service de la Direction des affaires sociales, intégration, logement-gérances de Vevey assure «que la Ville va faire diligence pour enfin trouver une solution probante». Une séance est agendée encore cette semaine pour trouver une solution rapide afin d’éradiquer ces mouches des chaumes bien envahissantes.

Créé: 27.03.2019, 19h50

La tour «blanche» de Gilamont, colonisée depuis des années, selon des locataires, par des hordes de chlorops. (Image: PATRICK MARTIN)

Articles en relation

Vevey prolonge encore les contrats des régies privées

Gérances La Ville retarde l’internalisation de ses 273 logements, alors que le municipal en charge est suspendu. Plus...

En dix ans, Laurent Ballif a laissé sa marque à Vevey

Bilan L’élu prend sa retraite après trois législatures à la Municipalité, dont une décennie en qualité de syndic. Bilan contrasté. Plus...

Chaplin a donné un second souffle aux tours de Vevey

Riviera Les fresques à l'effigie de Charlot ont sublimé la vie de tout un quartier, autrefois malfamé. Témoignages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.