Passer au contenu principal

Le train plonge en sous-sol pour délester le trafic

Route et rail peuvent-ils encore cohabiter? Dans le canton, plusieurs lignes sont en passe d’être partiellement enfouies.

Entre Arveyes et Villars, le BVB circule emprunte la route cantonale. Un tunnel permettra de sécuriser ce tronçon et de gagner en efficacité.
Entre Arveyes et Villars, le BVB circule emprunte la route cantonale. Un tunnel permettra de sécuriser ce tronçon et de gagner en efficacité.

Les vaches qui aiment regarder passer les trains en seront pour leurs frais: le rail a de plus en plus souvent tendance à plonger sous terre. À Lausanne, le percement du tunnel de 1,2 km qu’empruntera le LEB entre la place Chauderon et Union-Prilly est entré dans sa phase concrète au début de l’année. À Villars, l’idée d’enterrer le Bex-Villars-Bretaye (BVB) entre Arveyes et la gare de la station fait aussi son chemin. Sur ce tronçon, le train partage aujourd’hui la route cantonale avec l’automobile: «Il y a des accidents, heureusement de la tôle froissée, décrit Grégoire Praz, directeur des Transports publics du Chablais (TPC). La situation n’est pas optimale: les touristes ne s’attendent pas forcément à croiser un train sur cette route.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.