Passer au contenu principal

Le travail de Capdenho remarqué jusqu’à Monaco

Membre de l’association qui développe une offre de loisirs pour les personnes handicapées, Isabelle Henchoz est nominée pour le 7e prix Monte-Carlo Femme de l’année, lundi.

Ski, rando, parapente, équitation, minigolf ou bowling. Une offre touristique tout ce qu’il y a de classique pour une station. Mais, au Pays-d’Enhaut, l’Association Capdenho œuvre depuis 2005 pour rendre ces loisirs accessibles aux personnes en situation de handicap.

Très apprécié dans la région (les neuf pilotes de l’association ont totalisé 309 journées-skieurs cet hiver), ce travail est remarqué loin à la ronde: Isabelle Henchoz, membre du comité de l’association, est nominée pour le Prix Monte-Carlo Femme de l’Année 2018, qui sera remis lundi.

«C’est un honneur. Mais c’est surtout un immense coup de projecteur pour la région et Capdenho, réagit la Damounaise. Le prince Albert de Monaco possède un chalet à Gstaad. Cet événement va forcément susciter de l’intérêt là-bas et attirer du monde au Pays-d’Enhaut.»

Isabelle Henchoz a rejoint Capdenho en 2008, après que le développement de tumeurs dans sa moelle épinière l’a privée de l’usage de ses jambes. «Je suis également la cliente test idéale pour Capdenho», ajoute celle qui a contribué à améliorer l’accueil des personnes handicapées dans plusieurs établissements de la région. «Il existe plusieurs hôtels adaptés, au Pays-d’Enhaut. C’est une chance, car développer une offre pour cette clientèle est une chose, mais il faut pouvoir la loger dans la région.»

Après avoir mis en place une offre de ski, l’association a progressivement élargi son panel à des activités quatre saisons. «L’été dernier, nous avons testé la randonnée à l’aide de Cimgo (fauteuils roulants tout-terrain) sur deux itinéraires et sur dix journées, explique Stéphanie Guerraz, secrétaire de l’association. L’idée est de renforcer cette offre cette année. Pour cela, nous devons réunir des fonds pour acheter de nouveaux véhicules.» Chaque engin coûte environ 10 000 francs.

Un repas de soutien a été organisé dans ce but. Le hasard a fait le reste. «Il se trouve qu’un membre du comité du Prix Monte-Carlo Femme de l’Année possède un chalet à Château-d’Œx et était présent à cette occasion, relate Isabelle Henchoz. Il m’a demandé s’il pouvait présenter mon nom en vue d’une nomination.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.