Travail de dentellier pour redimensionner la zone à bâtir

OllonLa Municipalité doit biffer un million de mètres carrés de terrains constructibles. Il reste à en trouver le quart.

C'est à Villars que le dézonage a été le plus massif. «Dans cette station comme dans bien d’autres, on a créé une vaste réserve de zone à bâtir pour se donner les moyens d’attirer les touristes.»

C'est à Villars que le dézonage a été le plus massif. «Dans cette station comme dans bien d’autres, on a créé une vaste réserve de zone à bâtir pour se donner les moyens d’attirer les touristes.» Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cent quarante terrains de foot. Deux fois (et un chouïa) la superficie du Vatican. C’est la surface que la Commune d’Ollon – 59 km2 au total – devra biffer de sa zone à bâtir, révision de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) oblige. En février 2016, un important pas avait été fait dans cette direction: 230 000 m2 avaient alors été placés en zone agricole dans le secteur des Ecovets, près de Villars. Une étape clé qui avait permis à Ollon d’obtenir le bonus financier promis par Philippe Leuba pour encourager les communes des Alpes vaudoises à agir sans délai.

23 villages et hameaux

Le 10 juin, la Commune a mis à l’enquête la deuxième phase de ce processus: un demi-million de mètres carrés supplémentaires à Villars, Plambuit, Antagnes, Panex ou encore Saint-Triphon. Eclatée en 23 villages et hameaux – dont une station touristique –, la commune d’Ollon est atypique. D’où la crainte de voir le potentiel de développement démographique attribué exclusivement à Villars. «La configuration de notre commune n’a pas simplifié la donne, concède Nicolas Croci-Torti, municipal en charge de l’urbanisme et député PLR. Mais nous avons toujours voulu maintenir un potentiel dans l’ensemble de nos villages. Cet équilibre est important.» Et Pierre-Alain Martenet, responsable de l’urbanisme au bureau technique, d’ajouter: «Une première mouture, élaborée pour le bureau spécialisé avec lequel nous travaillons, prévoyait de supprimer tout potentiel de développement dans les hameaux. La Municipalité n’a pas souhaité aller dans cette direction.»

«Nous avons toujours voulu maintenir un potentiel dans l’ensemble de nos villages. Cet équilibre est important»
Nicolas Croci-Torti, municipal à Ollon.

C’est d’ailleurs sur le plateau de Villars que l’élagage a été le plus massif. «C’est logique. Dans cette station comme dans bien d’autres, on a créé une vaste réserve de zone à bâtir pour se donner les moyens d’attirer les touristes, les résidents secondaires. Cela correspondait à une image du tourisme que l’on avait à l’époque. La Lex Weber puis la LAT y ont mis un frein.»

Le plan joint au dossier d’enquête est parlant: ce sont principalement les zones périphériques de Villars qui sont touchées. «D’entente avec le Canton, nous avons tracé un périmètre urbanisé sur la base des constructions existantes. Toute parcelle située à plus de 50 m de cette limite est automatiquement placée en zone réservée, explique Pierre-Alain Martenet. Ce processus peut paraître froid et rigide, mais il a l’avantage d’être équitable.»

«Objectif inatteignable»

Si cette deuxième étape passe la rampe sans opposition, il restera plus de 250 000 m2 à dénicher sur le territoire communal. «Nous allons maintenant devoir mener une réflexion au cœur des zones urbanisées et trouver des pistes pour dézoner. On entame un travail de dentellier ou de découpeur du Pays-d’Enhaut», image Nicolas Croci-Torti. Pour l’édile, une seule certitude: «Après cette deuxième étape, nous aurons dézoné 65% des surfaces demandées par le Canton et la Confédération. Mais nous ne pourrons jamais atteindre les 100%.» A la Commune de démontrer qu’elle aura tout tenté pour s’en approcher.

Créé: 20.06.2017, 10h52

La Commune informe

Séance d’information générale, réservée en priorité aux propriétaires concernés, ce soir à 18 h 30, à la Grande salle de Villars.

Les plans de la mise à l'enquête sont consultable sur le pilier public virtuel de la commune d'Ollon

«Prise de valeur artificielle»

A Ollon comme ailleurs, le processus de dézonage imposé par le oui à la LAT ne sera pas sans conséquence financière pour les 250 propriétaires concernés. Il sera particulièrement lourd à Villars. «On peut imaginer qu’un terrain situé en périphérie de la station tel que ceux visés par cette deuxième étape va passer de 100-300 fr. le m2 au moins à 5 fr.» estime Nicolas Croci-Torti.

Le municipal boyard nuance toutefois: «On parle d’un manque à gagner et non d’une perte sèche. Une grande majorité de ces parcelles ont acquis de la valeur artificiellement avec le développement de la station et n’ont pas été achetées à l’époque au prix actuel du marché.»

Reste que les propriétaires lésés pourront faire valoir leur droit à des compensations, «pour autant notamment que la personne ait engagé des frais récemment dans l’acquisition du terrain, dans une étude d’architecte ou dans l’équipement de la parcelle…» précise l’édile. Aux Ecovets, plusieurs propriétaires ont d’ailleurs contacté la Municipalité en ce sens.

A noter que deux raisons ont incité les autorités à proposer une mise en zone de réserver provisoire et non un dézonage des parcelles concernées: «Il y a d’abord une raison de délai, explique Pierre-Alain Martenet. Pour valider le délassement de ces terrains, il faut à chaque fois élaborer un plan partiel d’affectation. A cette échelle, ce processus sera très long. L’autre argument est financier: les compensations aux propriétaires sont aujourd’hui à charge du Canton et de la Commune à 50%. Le projet de loi cantonal prévoit un financement à 100% par l’Etat.»

Articles en relation

Le grand moment arrive pour le territoire vaudois

Aménagement Le Grand Conseil va prendre en mains la quatrième révision du Plan directeur cantonal. Les Verts croiseront le fer contre le lobby des communes. Plus...

Le spectre du dézonage hante toujours le Valais

Aménagement du territoire Editorial La version allégée de la loi fédérale, négociée par le Conseil d'Etat, ne rassure pas certains élus locaux Plus...

Suivant la LAT, l’Etat redéfinit la croissance des communes

Aménagement du territoire La 4e révision du Plan directeur cantonal impose des taux de croissance à tout le canton, ainsi qu’une taxe sur la plus-value. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.