Unité franco-suisse pour que le train ne déraille pas

RER Sud-LémanDeux informations semblent obstruer la réouverture de la ligne ferroviaire. Mais, mobilisation et optimisme restent forts des deux côtés de la frontière.

La ligne ferroviaire du Tonkin est fermée depuis 1998, entre Saint-Gingolph et Evian.

La ligne ferroviaire du Tonkin est fermée depuis 1998, entre Saint-Gingolph et Evian. Image: Chantal Dervey/Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux prises de position énoncées ces dernières semaines, une en France, l’autre en Suisse, ne semblent pas militer en faveur de la possible réouverture du tronçon entre le village franco-suisse de Saint-Gingolph et Evian sur la ligne ferroviaire du RER Sud-Léman. Ce segment de 17,8 km est fermé à tout trafic depuis 1998. Sa remise en service pour le trafic voyageur contribuerait à désenclaver le Chablais savoyard vers la Suisse.

Elle aboutirait aussi à la conclusion d’un grand maillage ferroviaire qui relierait le réseau suisse, une fois la liaison Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse (CEVA) réalisée, en 2019, à Région Auvergne-Rhône-Alpes. La réhabilitation du RER Sud Léman, anciennement Tonkin, est jugée essentielle par toutes les entités concernées: communes françaises et suisses, cantons, département, région, acteurs du tourisme. Mais elle a aussi un coût: quelque 200 millions de francs.

Un financement suisse d’environ 20% de l’enveloppe globale était désiré par tous les tenants du projet, en Suisse comme en France. Las! Ce projet n’a pas été retenu par l’Office fédéral des transports (OFT) dans l’attribution des fonds pour infrastructures ferroviaires 2030-2035 – connu sous Programme de développement stratégique (PRODES). Le prolongement de l’Aigle-Leysin ne fait également pas partie des 42 mesures sélectionnées pour une enveloppe de 11,5 milliards.

En France, le rapport Spinetta – du nom de l’ancien patron d’Air France – sur l’avenir du transport ferroviaire prône l’arrêt des petites lignes. «Cette proposition est pour nous caduque, déclare Benoit Grandcollot, président de l’Association franco-suisse RER Sud-Léman. Elle n’a pas été retenue par le gouvernement Philippe qui souhaite transférer la gestion des petites lignes aux régions». Le premier ministre l’a en effet annoncé fin février.

Intense lobbying

Soit, mais avant que de telles décisions ne soient prises, le dossier RER Sud-Léman risque d’être renvoyé un peu plus aux calendes grecques, alors que la remise en service est espérée pour 2023-2024. Raison pour laquelle le lobbying se poursuit intensément auprès des décideurs.

Par courrier, Laurent Wauquiez, président d’Auvergne-Rhône-Alpes (aussi patron de Les Républicains) écrit que «La Région réaffirme sa volonté de faire avancer le projet pour répondre au besoin avéré de désenclavement de l’Est du Chablais.» Dans une autre correspondance, le président du département Haute-Savoie, Christian Monteil, «partage évidemment l’intérêt d’une réouverture de la ligne (…) qui trouve sa pertinence, aussi bien dans l’optique d’une desserte locale, que régionale transfrontalière.»

Députée du Chablais français et membre du Comité de pilotage (COPIL) RER Sud-Léman, Marion Lenne «reste pleinement confiante quant à la réouverture de la ligne.» La présidente du groupe d’amitié France-Suisse à l’Assemblée nationale annonce qu’une réunion au siège de la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer, en charge des mobilités ferroviaires transfrontalières, est programmée, le 3 avril, à Paris dans le but d’appuyer le projet RER Sud-Léman. Marion Lenne y participera tout comme Cyrille Pellevat, sénateur et président du COPIL, ainsi que Géraldine Pflieger, maire de Saint-Gingolph France.

De l’autre côté de la frontière, tous les acteurs chablaisiens mobilisés ne baissent pas non plus la garde. Ils ont écrit au Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) pour qu’une subvention suisse soit réexaminée dans le cadre de PRODES. Il appartient à ce même département de rédiger le message (projet) définitif qui devrait être adopté par le Conseil fédéral fin 2018. Le débat aux Chambres fédérales est prévu pour 2019.

«Je demeure très optimiste quant à une participation financière de la Confédération. La Suisse doit participer à ce type de projet transfrontalier. C’est aussi essentiel pour le désenclavement du Chablais et son développement», dit Frédéric Borloz, conseiller national, membre de la Commission des transports et télécommunications, et syndic d’Aigle.

Benoit Grandcollot a lui aussi pris la plume, à destination de Doris Leuthard. La conseillère fédérale lui a répondu récemment: «Votre lettre a retenu ma meilleure attention. Je vous remercie de l’intérêt que votre association porte aux transports publics et plus spécialement à la réhabilitation de la ligne ferroviaire du Sud Léman. J’ai transmis votre courrier à l’OFT, qui intégrera la prise de position de l’Association franco-suisse RER Sud-Léman dans le processus d’évaluation de la consultation PRODES 2030/35.»

Créé: 26.03.2018, 06h56

Articles en relation

Il faut 230 millions pour désengorger le Chablais

RER Sud-Léman Des deux côtés de la frontière, les politiques veulent agir contre les bouchons et réhabiliter les 17 km de rail sur la ligne Genève-Evian-Sion. Plus...

Mobilisation générale pour l'Aigle-Leysin et le Tonkin

Chablais La Confédération n'allouera pas de fonds à deux projets d'envergure: le prolongement de l'Aigle-Leysin et la liaison Saint-Gingolph - Evian. La fronde s'organise. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...