Passer au contenu principal

Une usine hydroélectrique sur la Veveyse

La société exploitante envisage une production aux Toveires, qui pourrait alimenter près de 800 ménages dès 2018.

L'usine électrique, enterrée donc invisible, prendra place aux Toveires, à la sortie du tunnel de Gilamont.
L'usine électrique, enterrée donc invisible, prendra place aux Toveires, à la sortie du tunnel de Gilamont.
Chantal Dervey

La Veveyse a un potentiel hydroélectrique. C’est la société Emerging Power Developers qui le dit et elle entend bien l’exploiter à Vevey, dans la zone des Toveires (vers l’ancien stand de tir, où le chantier de chauffage à distance de la ville bat son plein). A l’horizon 2018, elle envisage une centrale de production au niveau de la sortie du cours d’eau du tunnel de Gilamont. «Nous prévoyons une production de 2 gigawattheures (GWh), soit la consommation d’environ 700 à 800 ménages», détaille Antoine Dubas, président du conseil d’administration.

Une usine invisible

L’usine sera invisible, située en contrebas de l’esplanade qui sert de zone de détente. Seule une porte métallique suggérera l’installation. La prise d’eau est prévue 600 mètres plus haut. Soit une centaine de mètres en amont de la herse que les promeneurs connaissent bien et qui prévient l’accumulation de matériaux susceptibles de boucher le tunnel.

Une opposition de principe

Techniquement, la mise à l’enquête, qui s’est conclue fin décembre, a couru également à Corsier et à Saint-Légier, impliquées sur quelques mètres carrés seulement. Au terme de la procédure, Pro Natura Vaud a formulé une opposition pour obtenir des éclaircissements sur les mesures de compensation en faveur de la nature. «Nous ne sommes pas opposés au principe de la concession, nuance Michel Bongard, secrétaire exécutif de la section vaudoise de l’association écologiste. Nous demandons simplement des précisions sur les mesures compensatoires décrites de manière trop floue.»

«Nous espérons obtenir le permis de construire en 2017 et, au terme de 12 mois de travaux environ, exploiter l’usine dès 2018.»

Selon Antoine Dubas, les discussions sont en cours depuis plusieurs mois avec la Commune de Vevey pour déterminer les modalités de mise à disposition des lieux (vente, participation, location, servitude, etc.). «A ce stade, nous en sommes à la demande de concession pour exploiter, précise-t-il. Nous espérons obtenir le permis de construire en 2017 et, au terme de 12 mois de travaux environ, exploiter l’usine dès 2018.»

2,12 GWh par année

Pour les plus techniciens, le projet comprend l'installation d’une conduite forcée enterrée d’un diamètre de 1,4 m entre la prise d'eau et l'usine. Avec un débit nominal de 3 m3 par seconde et une chute utilisable de 21 m, l’installation permettra de produire chaque année environ 2,12 GWh pour une puissance installée de 647 kW. La centrale enterrée sera équipée de deux turbines Francis.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.