Vain ou non, le vote sur Isenau aura bien lieu

Ormont-DessusQuand bien même le projet d’accord avec les opposants a été balayé, les citoyens se prononceront sur le référendum qui conteste son acceptation par les élus.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 23 septembre, les citoyens se rendront aux urnes pour se prononcer sur le référendum contestant une décision prise en mai par le Conseil communal d’Ormont-Dessus. Les élus avaient accepté d’une toute petite voix le projet d’accord entre la Municipalité et les opposants à la reconstruction de la télécabine d’Isenau.

Seulement voilà, cette convention, modifiée en plusieurs points par le Conseil communal et rebaptisée «diktat» à la demande du conseiller Alexandre Borghi appuyé par la majorité de ses collègues, a été refusée par les opposants. Les négociations se sont officiellement terminées vendredi.

«Si une initiative peut être retirée à tout moment, une fois le référendum abouti, la procédure ne peut être interrompue»

Cette double actualité place les citoyens dans une situation inédite. Le comité référendaire l’avait déjà fait savoir avant d’entamer la récolte des signatures: «Si la convention devait se révéler caduque (…), la votation deviendrait alors purement symbolique.» Sa prédiction s’est réalisée, comme l’a confirmé jeudi la Municipalité dans un communiqué de presse: «Cette convention amendée ayant été refusée par les opposants, la votation n’a plus de sens, mais comme le référendum a été validé, le processus doit aller à son terme.»

Au Service vaudois des communes et du logement (SCL), on confirme que, «si une initiative peut être retirée à tout moment, une fois le référendum abouti, la procédure ne peut être interrompue», explique Vincent Duvoisin, chef de la division affaires communales et droits politiques du SCL.

Une affaire à 500 francs

Les Ormonans voteront-ils donc pour des nèfles en septembre? Corinne Martin, cheffe du SCL, n’est pas de cet avis: «Formellement, ce référendum n’est pas sans fondement. Il conteste une décision bien précise du Conseil communal: l’octroi d’un crédit de 180 000 francs (ndlr: à verser aux opposants en guise d’indemnités et de réparation en tort moral, notamment). L’aboutissement du référendum a démontré que le peuple souhaite se prononcer sur l’octroi de ce crédit, que la Municipalité le dépense ou non. Il faut bien distinguer la décision prise par le Conseil communal et son application par la Municipalité. Il appartient donc bien aux citoyens de se prononcer.»

Vaine ou non, l’organisation de ce vote ne devrait pas grever lourdement les finances ormonanches. Selon le SCL, pour une commune, le coût moyen d’une votation communale est légèrement inférieur à 50 ct. par citoyen, «pour autant que le vote coïncide avec un scrutin fédéral ou cantonal». Ce qui sera le cas le 23 septembre. Soit une affaire à 500 francs environ pour Ormont-Dessus, qui compte 1093 électeurs. (24 heures)

Créé: 16.08.2018, 18h53

Articles en relation

«La Municipalité a joué contre la télécabine»

Les Diablerets La Municipalité a mis fin aux négociations avec les opposants à Isenau. Ultime salve d’arguments. Plus...

Un référendum conteste les exigences «inacceptables» des opposants à Isenau

Ormont-Dessus Les Ormonans devraient se prononcer sur l’épineuse question de l’accès routier à Isenau. Plus...

Un oui qui n'a pas l'allure d'une victoire pour Isenau

Les Diablerets Vendredi, les élus ont approuvé du bout des lèvres le projet de convention élaboré entre les opposants et la Municipalité. Et y ont ajouté leur lot de conditions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...