Le venin qui se pique de filer de l’acouet

Les OrmontsClément Dupertuis et sa sœur Sara Morerod ont inventé le Venin des Ormonts, une liqueur à base de lait et de plantes.

En forme Selon Clément Dupertuis et Sara Morerod, le Venin des Ormonts serait énergisant. Et ne filerait pas de mal de tête en cas d’abus…

En forme Selon Clément Dupertuis et Sara Morerod, le Venin des Ormonts serait énergisant. Et ne filerait pas de mal de tête en cas d’abus… Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En Pays de Vaud, on dit d’un «mollachu» qu’il «n’a pas tant de venin». Clément Dupertuis et sa sœur Sara Morerod ont trouvé le remède idéal contre ce mal: une boisson riche en protéines et en sucre pour se donner un bon coup d’acouet. Ils l’ont très logiquement baptisé «Venin des Ormonts».

Malgré son nom inquiétant et son étiquette montrant un serpent menaçant, cette liqueur produite à base de lait écrémé pasteurisé bio, de sucre, d’alcool et d’un macérât de plantes des Alpes s’avère inoffensive (en quantité modérée, donc!) et même très savoureuse. «J’aime bien le côté «satanique» qui entoure le nom des Diablerets (Ndlr: selon la légende locale, des démons jouaient aux quilles sur le glacier, détruisant régulièrement le village valaisan de Derborence, en contrebas), explique Clément Dupertuis. D’où l’idée du serpent et du venin. Et comme on est «binationaux», moi des Mosses et Sara des Diablerets, je voulais garder le nom de la vallée.»

De l’alcool au lieu de smartphones

La genèse de cette boisson remonte à plusieurs années. «Je fabrique de la crème double pour la laiterie des Mosses. Il me reste du lait écrémé que je dois valoriser», explique le paysan des Voëttes, sur la commune d’Ormont-Dessous. La fratrie cogite pour en arriver, avec l’humour pince-sans-rire qui la caractérise, à la conclusion suivante: «Il y a trois choses pour lesquelles les gens sont prêts à ouvrir leur crapaud: les vacances, les gadgets électroniques et pour se mettre la tête à l’envers. J’aime bien les touristes, mais hors de mes pâturages. Et si on pouvait fabriquer des smartphones avec du lait, ça se saurait et il ne serait pas si bon marché.» C’est donc le troisième débouché économique qui s’ouvre aux deux Ormonans.

Élèves à la rescousse

Reste le problème le plus délicat: comment transformer du lait en alcool. Clément et Sara tentent de fabriquer du kéfir, une boisson fermentée à base de lait. «Attila a mené ses troupes à travers toute l’Europe avec cette boisson; on espérait qu’elle nous mènerait aussi loin.» Mais le produit, trop peu alcoolisé, s’avère instable. Sara se lance dans le brassage de bière «pour mieux comprendre le principe de la fermentation». Mais adapter ce mode de production au lait se solde par «un foirage complet».

C’est en compagnie d’élèves de l’école d’agriculture fribourgeoise de Grangeneuve qu’ils trouveront la solution. «Nous avons soumis un projet à l’école qui l’a retenu et confié pour développement à un groupe d’élèves», raconte Sara. Durant plusieurs mois, les essais et, surtout, les dégustations se succèdent. «On a travaillé sur plusieurs recettes, testé dans des conditions très variées pour vérifier la stabilité du produit. On a même essayé la surconsommation, pour voir comment on se remet le lendemain, précise Clément. Résultat: pas le moindre mal de tête!»

En juin 2016, les élèves présentaient le résultat de leurs recherches lors de leurs examens de diplôme. Le Venin des Ormonts est né. Pour l’heure, sa production reste «marginale», quand bien même Clément Dupertuis, président de la laiterie des Mosses, coule 100 000 litres de lait à l’industrie. «L’idée est de développer cette liqueur et, pourquoi pas, de ne plus avoir à livrer à l’industrie. Mais c’est de la musique d’avenir.» (24 heures)

Créé: 31.03.2018, 11h14

Les points de vente

La Case à Meuh, la ferme de Clément Dupertuis, aux Voëttes.

Laiterie du Petit Diable, Les Diablerets.

Au Petit Magasin, Le Sépey.

Épicerie Les Fougères, Les Mosses.

Landi, chemin de la Biole 2, Aigle.

Bouteille de 75 cl. en vente à 22 fr. à la ferme. Entre 25 et 29 francs dans les autres commerces.

Articles en relation

Des «lasagnes qui piquent» locales et naturelles

Terroirs Les bonbons acidulés aux fruits du coin et de saison de Krystel Fazzi ravissent les gosses, mais aussi leurs parents. Plus...

En Crettaz, la brebis dans tous ses états

Terroirs Chez les Barroud, à Leysin, le lait de brebis bio se décline en fromages, yoghourts, caramels et même savons Plus...

Les pâtés de Coco se couvrent d’or

Terroirs La bouchère des Voëttes travaille à l’ancienne. Le Concours suisse des produits du terroir l’a récompensée. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...