Passer au contenu principal

À Vevey, Le Carré roule pour les plats belges dans une ambiance conviviale

L'ancien Charly's a mué sous la direction d'Henry Buxant, originaire du Plat Pays qui est le sien.

Au Carré, à Vevey, Henry Buxant et Lorence Milasevic proposent un lieu détendu et une cuisine à l’accent belge.
Au Carré, à Vevey, Henry Buxant et Lorence Milasevic proposent un lieu détendu et une cuisine à l’accent belge.
Chantal Dervey

Du bois, de la brique, du métal. Ambiance industrielle, conviviale, en un mot jeune, du genre où l’on aime à se retrouver un vendredi soir. Depuis le mois de mars, l’ancienne déco du Charly’s, une institution à Vevey, a cédé la place à une ambiance de bon petit resto de Bruxelles. Le cuistot a d’ailleurs eu droit à son stage dans une cuisine du quartier populaire des Marolles. Le Carré évoque toutefois Liège, clin d’œil au Carré liégeois, haut lieu festif de la cité wallonne, région d’origine du patron, Henry Buxant. En bon citoyen du Plat Pays, cet ancien journaliste cultive la passion de la petite reine. D’où la photo d’Eddy Merckx dans les escaliers qui mènent au premier et les vélos qu’il entend installer d’ici peu avec la complicité de sa compagne, Lorence Milasevic, journaliste radio.

L’esprit belge, il y en a surtout dans l’assiette. C’est la section à privilégier, celle qui fait l’identité et l’originalité de la carte aux côtés des burgers, des entrecôtes, des tartares et autres poissons du lac. Les plats privilégient les produits de saison et locaux (pareil pour les vins, vaudois et valaisans), avec des mets végétariens et véganes.

Après des entrées réussies – une salade de croquettes au fromage de chèvre, pomme, noix et vinaigrette au miel et un tartare de truite saumonée de la Riviera –, nous revenons avec impatience à notre immersion belge. Le choix de mets est encore restreint, mais cela ne saurait durer, promet le patron. Nous délaissons les diverses recettes de moules et de croquettes. Priorité à deux mets typiques à la bière: la carbonade flamande à la Chimay bleue et les boulets à la liégeoise (porc et veau), relevés à la Westmalle double et au sirop de Liège. Une cuisine sans chichi, bien mijotée et apprêtée, et qui ne laisse pas sur sa faim. Savoureuses frites maison, comme il se doit. Le tout accompagné d’un Orval.

La carte des bières réserve du reste une bonne place aux trappistes belges, avec un détour par l’Écosse et l’Irlande et des intruses vaudoises de La Nébuleuse. Crème brûlée au spéculoos et gaufre de Bruxelles au dessert pour rester dans le ton. Les amateurs de houblon poursuivront un étage plus bas au Bardu (ancien Scotch) ou, par températures estivales, sur la terrasse du Bordu, de l’autre côté de la route (ex-Petit Théâtre).

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.