[VIDÉO] Contaminés par le virus de la course de tondeuses à gazon

OllonConvertis l’an passé, trois copains d’Ollon ont préparé leur machine pour rouler ce samedi à Dorénaz (VS).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Prendre le départ d’une course de vitesse au volant d’une tondeuse à gazon, soit un engin totalement inadapté à cet exercice. Cette idée farfelue a rapidement séduit Michel, Seb et Fred, trois habitants d’Ollon pas du genre à se prendre au sérieux. «C’est un de nos potes valaisans qui nous en a parlé, il y a un peu plus d’une année. On a bu un verre de plus et on a dit: on vient!» Après avoir déboursé 200 fr. pour lui racheter une vieille tondeuse, ils ont donc participé à l’épreuve de Dorénaz (VS), dont la 5e édition a lieu samedi. «On est parti à l’arrache, mais on a adoré, se souvient Fred, le mécano de l’équipe. Il y a un super état d’esprit, sans agressivité. Pendant les courses, tout le monde s’entraide. Et comme on a dormi sur place, c’est devenu une vraie fête entre amis.»


L’équipe de course de tondeuses à gazon Les Boilles hard, avec (de g. à dr.) le mécano Frédéric «Fred» Perrier et les pilotes Michel Anex et Sébastien «Seb» Perrier.
Photo: CHANTAL DERVEY

Les Boilles hard – une version revisitée du sobriquet des habitants d’Ollon, les Boyards – n’ont toutefois pas fait de la figuration: pour leur première participation, ils ont terminé à la 5e place sur une trentaine de concurrents engagés. «Avec une vitesse de pointe aux alentours de 30 km/h (ndlr: soit environ cinq fois la vitesse d’une tondeuse en utilisation normale), notre machine rendait une bonne dizaine de km/h aux meilleures», explique Michel Anex, vigneron de métier et un des deux pilotes de cette course en équipe. «Sur la ligne droite, on se faisait déposer (ndlr: dépasser à grande vitesse). Mais comme ces engins ne sont pas faits pour ça, plus tu vas vite, plus tu risques de casser des pièces…»

Cette inadéquation du matériel avec l’exercice de la compétition fait tout le sel du concept. Car contrairement à certaines épreuves organisées dans d’autres pays, où les tondeuses peuvent devenir de vraies bêtes de course dépassant les 100 km/h, les organisateurs valaisans ont souhaité limiter les possibilités de préparation. «Le système de tonte doit être démonté et on doit ajouter un coupe-circuit relié au pilote, explique Frédéric Perrier, chef de carrière de profession. Le moteur doit être celui d’origine, mais on a le droit de modifier l’étagement des rapports de la boîte de vitesses.» L’autre pilote, Seb, l’interrompt: «De toute façon, ils ne servent à rien, on est tout le temps en 5e, à fond.»

Sécurité contrôlée

Avant de s’élancer sur le circuit de 400 m, agrémenté d’un pont, les véhicules subissent toutefois un contrôle technique. «Les organisateurs sont stricts sur les aspects liés à la sécurité. Ils sont aussi intransigeants sur les risques de pollution: les pleins se font dans une benne de camion et le sol de chaque stand doit être recouvert d’une bâche épaisse.» Tandis que Michel enfile son casque pour effectuer quelques allers-retours sous l’objectif de notre caméra, Sébastien Perrier, agriculteur lorsqu’il ne pilote pas, détaille le mode de conduite de l’engin: «Comme le centre de gravité est haut, il faut se déhancher en virage pour ne pas se renverser. Ça, plus les importantes vibrations dans le siège et le volant, fait que c’est finalement assez physique à piloter. Le pire? Le mal aux fesses! Après quinze minutes, tu es content de passer le relais à ton coéquipier.»

Il en faudrait toutefois plus pour décourager Les Boilles hard, qui étaient prêts à remettre le couvert ce samedi jusqu’à ce que des impératifs privés les contraignent à déclarer forfait. «On avait même remis en état la tondeuse et mis au point quelques petites améliorations, comme un nouveau système de fixation du coupe-circuit pour gagner du temps lors des changements de pilote, révèle Fred le mécano. C’est dommage, mais ce n’est pas grave. On a vu qu’il y avait eu une course à Grandfontaine (JU) et une autre pourrait renaître à Sembrancher (VS), on devrait donc trouver rapidement d’autres occasions de rouler.» (24 heures)

Créé: 12.07.2018, 08h33

Infos pratiques

5e Course de tondeuses à gazon

samedi 14 juillet dès 9 h à Dorénaz (VS).
Entrée libre.
Voir www.coursetondeusesdorenaz.ch

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...