[VIDÉO] Mécanique de précision pour faire valser les locos

Le Bouveret (VS)Le poste d’aiguillage du Swiss Vapeur Parc est désormais ouvert au public. Visite.

Vidéo: Romain Michaud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le week-end de Pâques a souri au Swiss Vapeur Parc. Lundi, le circuit du Bouveret a attiré plus de 2000 visiteurs. Pour les accueillir dans les meilleures conditions, les exploitants ont mis sur les rails 14 trains. À raison de 30 m par convoi, ce sont 420 m de matériel roulant qui ont sillonné le parcours de… 2 km. Ces chiffres, articulés par Damien Fulbert, directeur d’exploitation du parc, donnent une idée de la complexité de la gestion du réseau ferré miniature. Ce savant ballet est orchestré depuis le poste d’aiguillage. Installé dans la gare principale de Chablais-City et en tous points similaires aux postes autrefois exploités par les CFF, il peut désormais être visité. Un outil didactique idéal pour répondre aux questions fréquentes des visiteurs sur la gestion du réseau.

Pour le chef de gare – ils sont deux les jours de grosse affluence –, les premiers gestes quotidiens sont toujours les mêmes: «Nous décidons combien de trains nous sortons et lesquels, nous les listons dans notre système informatique, nous définissons quelles haltes ils vont desservir, les temps d’arrêt en gare…», décrit le directeur.

Une centaine de capteurs

Ces données enregistrées, l’écran du poste affiche un plan schématique du circuit. L’œil aguerri du chef de gare repère facilement les convois en circulation, figurés par des rectangles vert et rouge. Une centaine de capteurs tout au long des rails comptent en permanence les essieux, renvoyant sur l’écran la position de chaque train en temps réel. En un clic de souris, Damien Fulbert et ses collègues peuvent transformer un feu rouge en feu vert et inversement. Dans le poste d’aiguillage, un «domino», console de contrôle récupérée à la gare CFF de Montreux et totalement adaptée aux besoins du parc, complète ce dispositif numérique, permettant lui aussi de gérer chaque aiguillage ou signal.

«Certains clients préfèrent venir quand il y a peu de monde; je leur conseille plutôt de venir les jours de grosse affluence. Il y a plus de trains»

«Avec cinq trains qui circulent simultanément, on peut se contenter d’une gestion automatique du réseau, explique Damien Fulbert. Mais il y a toujours une personne dans le poste d’aiguillage pour assurer un piquet.» Car la gestion manuelle reste essentielle pour garantir la fluidité du trafic: «On prévoit par exemple un arrêt en gare de 200 secondes pour une locomotive à vapeur. En automatique, le signal passe au vert au bout de ce laps de temps. Mais si le conducteur a besoin de plus de temps, par exemple pour ajouter de l’eau dans sa chaudière, les autres trains se retrouvent bloqués.»

Au fil des années et pour faire face à une affluence en progression constante (132 000 visiteurs en 2017), les exploitants ont appris à affiner leur gestion du trafic. «La gare de Chablais-City est le lieu idéal pour les locomotives à vapeur, qui nécessitent des arrêts plus longs. Avec trois voies à disposition à cet endroit, on peut se permettre d’attendre, sans gêner le trafic.» Parallèlement, au moins un convoi électrique dessert les gares annexes – Leysin, La Prairie, Chablais-Village – et un autre uniquement celle de Chablais-Village. «Certains clients préfèrent venir quand il y a peu de monde; je leur conseille plutôt de venir les jours de grosse affluence. Il y a plus de trains, plus de possibilités au niveau des correspondances…»

Accidents rares

Avec une gestion si fine, les accidents ne sont pas exclus, mais restent rares. «Nous en avons connu deux ces quatre dernières années, précise Damien Fulbert. À chaque fois lors de manœuvres, hors des horaires d’ouverture. De la tôle froissée, mais ça coûte vite cher en heures de travail pour la réparation.» Les exploitants comptent donc sur l’attention totale des chefs de gare, mais aussi des conducteurs, surveillés de près. «Chaque jour, un rapport des incidents est enregistré par notre système informatique. Il montre notamment si les conducteurs ont respecté les limitations de vitesse et la signalisation.» (24 heures)

Créé: 05.04.2018, 17h29

En train, sur son canapé

Le Swiss Vapeur Parc a lancé une ingénieuse application pour smartphones. Disponible exclusivement sur Androïde, «Swiss vapeur» s’adresse aussi bien au visiteur curieux qu’au mordu de petits trains. Ceux qui hésitent à se rendre au Bouveret en raison de la météo peuvent s’y référer pour connaître les conditions d’ensoleillement, de vent, de température… Ceux qui tiennent absolument à faire une virée à bord des rames de l’Aigle-Leysin ou à humer les volutes de la locomotive Sandy peuvent s’assurer en tout temps du matériel roulant en circulation. Très pratique aussi, un horaire permet de savoir quel train emprunter pour se rendre, par exemple, de Chablais-City à Leysin.

Les plus passionnés peuvent vivre l’expérience du parc depuis leur canapé: les trois webcams, accessibles depuis plusieurs années sur le site du Swiss Vapeur Parc ont été intégrées, ainsi que le plan schématique du parc permettant de suivre en temps réel le parcours des trains.

Articles en relation

Le cerveau du Swiss Vapeur Parc s’ouvre aux visiteurs

Le Bouveret (VS) Le parc d’attractions rouvre ce week-end. Le circuit sera encore rallongé et le poste d’aiguillage est désormais accessible. Plus...

Le Swiss Vapeur Parc passe la vitesse supérieure

Le Bouveret Le parc d’attraction ferroviaire va augmenter ses capacités d’un quart et proposer à terme de nouvelles animations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...