[VIDEO]«Vous allez voir de l’enthousiasme»

Fête des VigneronsS’il veut surtout créer de l’émotion, Daniele Finzi Pasca sait aussi trouver les mots. Lundi, le voile a été levé sur les premiers instants du spectacle.

Vidéo: Romain Michaud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le spectacle le mieux gardé de Suisse l’est un peu moins: lundi, l’arène veveysanne dont toutes les entrées sont barrées par des rideaux, a vécu un temps fort à dix jours du coup d’envoi de la Fête des Vignerons. Le filage a duré une trentaine de minutes – le temps de donner envie aux quelque 200 invités (dont une majorité de journalistes) d’en voir beaucoup plus – mais c’est aussi sur le plancher LED que les choses se sont passées. Réunis à l’appel de Daniele Finzi Pasca, après avoir livré les quatre premiers tableaux, les acteurs-figurants peinent à le quitter. Leur émotion s’additionne dans un mouvement d’ensemble spontané: ils viennent de vivre une première, tous costumés de pied en cap, maquillés et… heureux. Ils veulent savoir, connaître les avis des uns et des autres. «C’était bien?» «Vous avez aimé?» «Vous allez revenir?»

Pendant cet extrait d’un spectacle dont la durée devrait être entre 2 h 30’ et 2 h 45’, certains avaient déjà joué la montre, se faufilant jusqu’aux gradins pour voir les tableaux auxquels ils ne participent pas. Le 18 juillet approche, le rythme des répétitions s’avère intensif pour les 5500 acteurs-figurants mais le spectacle se matérialise et Vevey en a pris encore davantage conscience ce lundi, les costumes étant de sortie en nombre dans ses rues pour l’une des toutes premières fois depuis le début des répétitions dans l’arène.

À l’intérieur, du haut de son promontoire, Daniele Finzi Pasca l’a rappelé, il reste encore du temps pour affiner et chercher cette émotion qui fait sa marque de fabrique. «On ne doit pas s’applaudir trop vite, il y a encore dix jours de répétition. Merci à tous, il est temps maintenant de laisser la scène. On va poursuivre avec des tests lumière.» La Grenette marque 22 h 30, la majorité des acteurs-figurants se disperse, certains restent… encore un peu. Toujours en quête d’un retour sur ce qu’ils viennent de donner, cherchant le contact et déclinant même spontanément leurs intérêts. «Mon père, ma mère, moi, on fait tous la Fête. C’est une tradition, impossible de passer à côté! Ça vous a plu, il faudra revenir?» lance un étourneau-danseur. Pendant ce temps, les techniciens s’activent, les immenses cuves servant de batterie aux Sauterelles percussionnistes réinvestissent la scène, nouveaux tests obligent.

Rien à comprendre

Daniele Finzi Pasca l’avait annoncé avant de lever le voile sur les quatre premiers tableaux: «C’est un spectacle qui continue à se faire et, s’il est fidèle aux lignes posées il y a huit ans au moment des premiers contacts avec la Confrérie des Vignerons, on continue à changer, à fignoler, à chercher le meilleur pour surprendre le public et le plonger dans un monde d’émotions.» Le son y a pris une place fondamentale, les femmes aussi d’autant qu’elles ont été admises au sein de la Confrérie des Vignerons. Il y a Julie, cette petite fille qui va devenir vigneronne, il y a encore les Cent pour Cent, un corps à moitié féminin. «Ce n’est pas, poursuit le metteur en scène, un spectacle où il faut comprendre des choses. Il doit être perçu à travers les émotions qui le font. Et on est tous là, en train de le faire avec enthousiasme. Ce que vous allez voir ce soir, c’est cet enthousiasme.»

Foisonnants, enrichis d’échos entre tradition et modernité qui se matérialisent dans les costumes, les mouvements comme dans la partition musicale, les quatre premiers tableaux s’enchaînent. Il y a l’entrain de Julie, la sagesse de son grand-père, la poésie d’une Libellule suspendue à un filin pour traverser l’arène. La saison est à la vendange, la scène centrale et les quatre autres prises d’assaut par une armada de Fourmis et de Sauterelles percussionnistes bientôt happées par le vol dansant d’une nuée d’Étourneaux. Puis viennent les Cartes d’un jeu de jass distribuées dans des mouvements gymniques avant que l’intensité ne monte d’un cran sur les pas très graphiques des Cent pour Cent martelant le plancher LED. Prouesse technologique autant que gros montant au budget, il les accompagne dans leurs chassés-croisés, livrant tout son potentiel. Les diverses racines du spectacle sont ainsi plantées, son atmosphère aussi, mais son envergure magique est encore sous scellés jusqu’à la première.

Créé: 09.07.2019, 17h14

77% de billets vendus

En déplaçant deux fois l’horaire du Couronnement, de 7h à 11h, puis à 19h, les organisateurs ont laissé entendre leurs soucis liés à la billetterie. Ils sont apparus plus criants encore alors que des billets pour cette date du 18 juillet ont été mis en vente à prix cassés, passant de 139fr. à 49fr. et de 299fr. à 99fr.

«Une opération unique», a réaffirmé Frédéric Hohl, directeur exécutif de la Fête des Vignerons. Aujourd’hui, il n’y aurait plus que 300 sésames pour cette soirée alors qu’il y en avait 10'000 encore – sur 20'000 places – il y a deux semaines. Pour la suite, le directeur annonce que 77% des billets ont été écoulés, les représentations nocturnes étant à 90% complètes.

Articles en relation

François Margot, l’abbé qui tient la crosse des vignerons

Élu en 2012 pour donner à Vevey sa première Fête des Vignerons du XXIe siècle, le juriste de formation assume les responsabilités comme les questions qui pourraient fâcher. Plus...

«Une médaille se joue parfois au millième de point»

Vevey Rencontre avec Jean-François Chevalley, président de la commission des vignes, qui remet les distinctions lors de la Fête des Vignerons. Plus...

Le couronnement, raison d’être de la Fête

Histoire En 1797, la mise à l’honneur des meilleurs travailleurs de la vigne donne naissance aux festivités. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...