Passer au contenu principal

«Nous ne sommes pas de vilains oligarques cyniques»

La propriétaire de la luxueuse résidence qui défraye la chronique à Villars se défend d’avoir sciemment bafoué les lois. Et reste sereine face à l’enquête.

Alla Rybak a supervisé un chantier plus compliqué que prévu. Il aura duré huit ans... au lieu de deux et demi.
Alla Rybak a supervisé un chantier plus compliqué que prévu. Il aura duré huit ans... au lieu de deux et demi.

Le chalet de tous les superlatifs sur le plateau de Villars, c’est elle. «Démesuré», «pharaonique», «déplacé dans le contexte de la station», toutes les critiques qu’Alla Rybak encaisse depuis une dizaine de jours sur sa maison constituent pour elle autant de coups de poignard en plein cœur. Ce rêve bâti par amour d’une famille a tourné plus d’une fois au cauchemar. Et l’arrêt du chantier ordonné par le Canton en début de semaine pousse cette Moscovite naturalisée Suisse à sortir de sa réserve. Jean, gilet de tricot, traits tirés mais regard déterminé, Alla Rybak se livre dans un français impeccable, «appris dans les avions, en dirigeant mon agence de voyages».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.