Passer au contenu principal

La ville d'Aigle transmet le verre à Brno

Le 26e Concours mondial de Bruxelles s'est achevé dimanche après trois jours de dégustation. Cap sur la République tchèque.

Syndic d'Aigle, Frédéric Borloz a symboliquement transmis le verre du Concours mondial de Bruxelles à Bohumil Simek, gouverneur de la Moravie du Sud.
Syndic d'Aigle, Frédéric Borloz a symboliquement transmis le verre du Concours mondial de Bruxelles à Bohumil Simek, gouverneur de la Moravie du Sud.
Christophe Boillat

Dimanche 13h au Centre mondial du cyclisme à Aigle: clap de fin de la 26e édition du Concours mondial de Bruxelles (CMC). Cette manifestation itinérante, qui figure parmi les plus importantes au monde en termes de dégustation de vins, se tenait pour la première fois en Suisse. Elle s'est déjà déroulée notamment en France, Espagne, Italie et en Chine l'an passé.

Le millésime 2020 se déroulera à Brno, deuxième ville de République tchèque. La capitale de la Moravie du Sud est la principale région viticole du pays. Brno est aussi la ville de l'écrivain Milan Kundera et du compositeur Leos Janacek. Dimanche, le syndic d'Aigle et conseiller national a transmis le verre du Mondial de Bruxelles aux représentants tchèques.

Trois jours durant à Aigle, 350 dégustateurs venus des quatre coins de la planète ont étalonné 9150 vins cultivés dans 46 pays. Avec 600 crus suisses dont la moitié de vaudois. Ces professionnels ont travaillé au CMC, maison du cyclisme, et étaient logés dans les différents hôtels de Leysin. En marge du concours, ils ont effectué de nombreuses visites sur Vaud et en Valais. Les résultats de l'édition aiglonne seront connus le 13 mai.

«Légendaire précision helvétique»

Fondateur du Concours mondial de Bruxelles, Louis Havaud a particulièrement apprécié son séjour helvète, lui qui venait, jeune, skier en famille à... Leysin. «Il est impossible d'établir un classement, mais ce qui a été fait ici, notamment, en termes d'accueil est exceptionnel. Pourtant, l'organisation était compliquée avec différents sites. Mais cela aurait été compté sans la légendaire précision helvétique.»

Franco-norvégien, Nicolas Mahé de Berdouaré, importateur de vins et écrivain du vin, est dégustateur depuis cinq ans au sein du Mondial de Bruxelles. «Nous avons vécu ici de très belles expériences. L'hospitalité a été extraordinaire, de la part des organisateurs, plus généralement de la population rencontrée.»

Yves Paquier est, lui, régional de l'étape, parmi les 41 dégustateurs suisses présents au CMC. Mais pas seulement. L'ancien formateur à l’École de Changins, actif dans l’oenotourisme, lui-même coorganisateur de concours, notait le Mondial de Bruxelles pour la 20e fois. «Je suis bien entendu très fier de représenter notre pays. Mais encore plus de contribuer à faire savoir que la Suisse est un grand pays viticole, aux crus merveilleux.»

«L'organisation de ce concours a été unique à tous points de vue. L'engouement a été formidable»

Cette édition suisse, organisée sur place par Nicolas Joss et une brigade de 100 bénévoles, a pu se tenir grâce à la volonté et l'opiniâtreté de deux hommes: Frédéric Borloz, syndic d'Aigle, président de la Fédération suisse des vignerons, et Daniel Dufaux, président des oenologues suisses, directeur de la maison Henri Badoux.

«L'organisation de ce concours a été unique à tous points de vue. L'engouement a été formidable et tout s'est parfaitement déroulé», résume Daniel Dufaux. De son côté, Frédéric Borloz avoue «que le pari était osé pour Aigle et la région de mettre sur pied pour toute la Suisse cette grande manifestation prestigieuse. Nous l'avons bien relevé». L'édile espère désormais que «l'événement sera synonyme de retombées médiatiques à l'international avec un effet positif sur le tourisme, l'économie et bien entendu sur nos vins».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.