Passer au contenu principal

Vie de châteauVisite du château avec le confiné de Chillon

Olivier Etter vit dans un logement au cœur de l’édifice de Veytaux. Rencontre avec ce concierge insolite privé de visiteurs.

En raison du Covid 19, le château de Chillon ouvrira ses portes aux visiteurs dans le courant du mois de juin
En raison du Covid 19, le château de Chillon ouvrira ses portes aux visiteurs dans le courant du mois de juin
Chantal Dervey
L'intendant du château, Olivier Etter a passé la période de confinement à l'intérieur du monument, son appartement se trouve dans la tour carrée.
L'intendant du château, Olivier Etter a passé la période de confinement à l'intérieur du monument, son appartement se trouve dans la tour carrée.
Chantal Dervey
Le château est resté silencieux durant le confinement.
Le château est resté silencieux durant le confinement.
Chantal Dervey
1 / 10

Le château de Chillon fut occupé par la maison de Savoie puis par des baillis bernois, avant de revenir en mains vaudoises à l’indépendance du canton en 1798. Mais depuis douze ans le seul châtelain de Chillon n’a ni couronne ni manteau princier, mais un béret et un bleu de travail, et se nomme Olivier Etter. Il est l’un des sept hommes à tout faire qui pomponnent le bâtiment historique du bord du Léman.

Ce concierge pas comme les autres loge dans un appartement situé dans la tour de l’Horloge. Ce triplex est lui aussi insolite, puisqu’il est conçu comme un bâtiment dans le bâtiment. À l’intérieur: une structure sur trois étages qui remplit l’espace de la tour sans reposer sur son sol à cause de sa fragilité. La construction est donc suspendue à l’aide de poutres métalliques ancrées dans les murs, ce qui fait que l’escalier ou encore la cuisine du rez-de-chaussée sont attachés aux étages et flottent à quelques centimètres du sol. Construit à la fin des années 1980, ce logement a même gagné un prix d’architecture.

Un touriste dans le salon

«Cet appartement est vraiment génial, il y a une vue magnifique sur le lac et l’intérieur du château. Comme je n’ai pas de voisin, je peux mettre mes vinyles aussi fort que je veux», rigole ce passionné de musique, ancien DJ du MAD et de la Dolce Vita. Un lieu privé qui n’est évidemment pas ouvert au public. Cela n’arrête pourtant pas certains visiteurs. «Il est arrivé que j’oublie de fermer ma porte pendant les heures d’ouverture du château et que je retrouve un touriste russe ou chinois, perdu, un plan à la main, au milieu de mon salon.»

«J’avais l’impression d’être seul au monde dans mon château»

Privé, à cause de la pandémie, d’une partie des 400'000 visiteurs annuels qui défilent sous ses fenêtres, Olivier Etter avoue ne pas avoir souffert de la solitude. «Il y a eu pas mal de travaux, donc il y avait quand même un peu de passage, et j’ai aussi croisé certains de mes collègues. En revanche le premier week-end du confinement, c’était vraiment bizarre. Je me suis levé et il n’y avait personne dans le bâtiment, le parking était vide et aucune voiture ne circulait sur la route. J’avais l’impression d’être seul au monde dans mon château.»

L’homme de 53 ans nous fait déambuler dans les méandres de l’édifice. Le lieu semble n'avoir plus aucun secret pour lui. Mais a-t-il des pièces favorites? S’est-il rendu dans des endroits particuliers du château qu’il n’a presque que pour lui depuis deux mois? «Au début que je vivais ici, je me baladais pas mal. Mais maintenant que ça fait douze ans que je vis dedans et que je le connais par cœur, j’y vais beaucoup moins en dehors de mes heures de travail. On s’habitue à tout, même à ce château.»

Olivier Etter avoue quand même qu’il aime se balader sur le chemin de ronde. Un chemin qui permet d’un côté de dominer les différentes cours de l’édifice et de l’autre d’observer le lac et les montagnes au travers de meurtrières plusieurs fois centenaires. Les gardiens possèdent aussi un local de pause avec une terrasse côté lac au pied de la muraille. «Je pense que c’est ici que j’aime venir le plus souvent pour boire un café ou fumer une cigarette. J’y viens aussi pour regarder les feux du 1er Août car c’est idéal.» Il en profite pour saluer la couleuvre qui semble régulièrement prendre son bain de soleil sur les rochers attenants à la terrasse.

La cloche du beffroi

«Pendant le confinement, j’ai quelquefois été sonner la cloche du beffroi à 21 heures pour remercier le personnel médical et soignant, mais vu qu’il n’y a personne aux alentours, je ne suis pas sûr que beaucoup de monde l’ait entendue», sourit Olivier Etter.

Le château de Chillon rouvrira ses portes le 8 juin prochain. Les visiteurs pourront découvrir les nouveaux aménagements extérieurs du château ainsi que le pavillon-restaurant Café Byron. «Je me réjouis que ça rouvre, on est tous bien reposés maintenant et, à l’instar de beaucoup de monde, j’ai déjà nettoyé entièrement mon appartement», rigole Olivier Etter.

Est-il prêt à avoir de nouveau des troupeaux d’écoliers qui tambourinent, sans le savoir, sur les murs de son appartement? «Oui, pas de souci. Et si c’est trop gênant je mettrai ma musique un peu plus fort.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.