«Je vois ce prix comme un lancement de carrière»

BexGabriel Pernet vient de s’adjuger le Prix Musique Suisse. À 19 ans, le clarinettiste féru de classique se rêve soliste classique.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le visage constellé de taches de son est juvénile mais la poignée de main et le phrasé assurés révèlent l’adulte déterminé. À la table de la cuisine familiale sur les hauteurs de Bex, trois jours après son sacre au Prix Musique Suisse, Gabriel Pernet, 19 ans, affiche un calme olympien.

«J’essaie de ne pas prendre les concours trop au sérieux, ce n’est pas une fin en soi»

Le 17e trophée (le 3e d’envergure nationale) qui vient de s’ajouter sur ses étagères lui fait plaisir, certes, mais s’asseoir sur un acquis n’est pas le genre de la maison: «J’essaie de ne pas prendre les concours trop au sérieux, ce n’est pas une fin en soi. Je le vois plutôt comme un lancement de carrière.»

N’empêche, depuis qu’il a embouché une clarinette à l’âge de 7 ans pour accompagner sa famille dans un registre folklorique, Gabriel a montré des prédispositions qui l’ont mené vers la passion. «Quand il était petit et que j’allais le chercher après sa leçon, les professeurs me disaient: «Il a super bien travaillé!» Alors qu’il n’avait joué que cinq minutes avant d’aller au cours», s’étonne encore sa maman, Anne Pernet. Le musicien qui bosse désormais son instrument jusqu’à 25 heures par semaine, raconte avoir connu un déclic à 15 ans, sous l’influence d’un professeur de la Haute École de musique.

Fan de classique

Après avoir pris du galon au sein de l’Instrumentale de Bex dont il est aujourd’hui sous-directeur, le jeune homme s’est orienté vers le répertoire classique, qu’il dévore du baroque au moderne. «Ce qui ne m’empêche pas d’aller écouter du rock au Paléo ou de me joindre à une jam pour rigoler quand je sors!»

«Je me rêve soliste dans un orchestre symphonique. Vu ma motivation, j’y crois, ça va foncer ces prochaines années!»

Tout en multipliant les projets musicaux et en s’instruisant à la direction d’orchestre, il vient de boucler quatre ans d’apprentissage de polymécanicien et entame une année de maturité pour pouvoir accéder au bachelor de clarinette d’une haute école. Pas l’ombre d’un doute, alors que prix et professeurs l’y encouragent, il veut devenir pro: «Je me rêve soliste dans un orchestre symphonique. Vu ma motivation, j’y crois, ça va foncer ces prochaines années!»

Créé: 29.08.2018, 18h18

Articles en relation

Les Combiers ont fêté les musiques vaudoises tout le week-end

Fanfare La vallée de Joux a accueilli la 28e Fête cantonale des musiques vaudoises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.